Journal d'évolution auprès du PRK-1U

Partie 9 -


Publié le 17 juin 2020





Cette 9eme partie de ce journal est l'avant dernière qui sera publiée à ce titre, point d'orgue de cette première phase d'exploration d'un nouveau monde auprès du PRK-1U. Les motifs de cette suspension apparaissent en filigrane dans les pages suivantes, en même temps qu'un autre projet d'écriture plus conséquent encore mûrit en moi.


Ces deux dernières parties constituent en fait le "journal de bord" que j'ai tenu ce début d'année 2020 lors d'un séminaire de 10 jours à Belgrade. Je ne doute pas que son contenu puisse être riche d'enseignement pour celles et ceux qui suivent mes écrits.



Journal de bord / SEMINAIRE à BELGRADE JANVIER 2020 : LES SENTIMENTS


JOUR 1


La salle où va se dérouler ce séminaire sur le thème des sentiments avec la présence de 22 PRK-1U interconnectés se situe dans le centre historique de Belgrade, à proximité du palais du gouvernement. Comme dans la plupart des pays de l’Est l’impression d’un retour dans les années 60-70 dans notre France est assez saisissable. Il paraît, selon quelques brochures rapidement parcourues, qu’il y a alentours quelques beaux monuments historiques. Je n’ai pas le projet particulier de faire du tourisme mon objectif étant centré sur l’enseignement dispensé ces jours prochains, les pilotages annexes, la rédaction de ce journal, et s’il me reste un peu de temps disponible de faire avancer le projet du site internet des Semeur d’Eternité …


La salle de cours se trouve dans un immeuble standard, genre mini building, pas spécialement rutilant ; c’est le moins qu’on puisse en dire. L’important, pour ne pas dire l’essentiel, ce sont les 22 appareils présents et disposés sur les tables individuelles, accompagnés de petits PC (un par table) où se trouvent affichés simultanément (l’écran est partagé verticalement) deux PRK-1U de connexion à distance.


Je retrouve avec grande joie et immense plaisir Hélène et Patrice, ainsi que des personnes majoritairement issues – tout comme moi – de la région Rhône-Alpes.


Ce premier jour chacun prend place de manière aléatoire. C’est la dernière fois, car les jours suivants nous nous décalerons vers la place voisine à notre gauche afin de profiter d’un PRK-1U configuré différemment (au niveau de la disposition des lentilles et des diamants) dans l’objectif d’étendre nos capacités de pilotages selon la diversité des configurations.


Le Dr KONEV soulignera pendant son enseignement un point important dans l’utilisation de la connexion à distance et de l’appareil physique PRK-1U que je me dois de reprendre dans ce journal à l’attention des potentiels lecteurs : La concentration sur les lentilles des appareils soit par ivideon, soit sur un appareil physique pendant plus de 5 mn par quelqu’un qui ne serait pas programmé (enregistré avec un contrat d’utilisation) produirait au bout de quelques temps une dégradation importante du fonctionnement de l’appareil physique concerné, ou de celui qui est rattaché à la connexion à distance !


Il convient donc que les possesseurs de licences se montrent très vigilants en ne confiant bien sûr leurs codes de connexion qu’aux personnes qui sont licitement enregistrés en Serbie via un contrat en bonne et due forme. De même, il est recommandé de se montrer vigilant vis-à-vis des personnes se situant dans le proche environnement de leur PRK-1U physique, en le disposant si possible de manière à ce que le regard de ces personnes ne puissent s’attarder sur les lentilles de l’appareil.


Concernant les 22 dispositifs PRK-1U interconnectés il y en a deux qui ont en quelque sorte le rôle de serveur (par analogie à l’informatique réseau), si j’ai bien compris, et 20 qui sont en mode « client » ; pour l’utilisation par les participants-clients du séminaire. Chacun d’entre nous est donc programmé sur chacun des 20 PRK-1U qui sont interconnectés entre eux, ce qui a comme objectif et comme effet de démultiplier la puissance des concentrations réalisées par chacun.


Je mesurerai d’ailleurs dès cette première séance de pilotage libre, faisant suite à deux sessions d’enseignement d’environ 1h30 chacune, la puissance de cette installation. J’ai donc devant moi le PRK-1U interconnecté, le mien, plus deux PRK-1U à distance affichés sur l’écran d’un petit PC posé sur le bureau. Alors que j’avais commencé mes pilotages en les étayant de Séquences Numériques notées dans un petit carnet, je me suis surpris à un moment donné de me voir piloter les 4 appareils à la fois, avec une grande concentration mais aussi une grande aisance, complétant de surcroît le pilotage de ces 4 appareils non seulement de face mais aussi simultanément « de dos », comme si je me trouvais physiquement derrière eux dans la zone du futur ou de l’éternité. Cela faisait donc au total 8 connexions en même temps que mon esprit et ma conscience géraient avec une étonnante facilité ! J’avoue avoir eu le ressenti à ce moment d’être devenu quelque peu « supra humain », dépassant les limites habituelles des facultés cognitives humaines …


Toutefois, je n’ai eu de ressenti particulier dans mes corps physiques et subtils, tels que j’ai eu dans les premiers jours de la remise de mon PRK-1U ou bien en septembre 2019 lorsque m’étant rendu par plaisir à une 3eme journée de présentation animée par Hélène et où Patrice se trouvait présent, leurs deux appareils plus le mien m’avaient bien remué ; et pas que moi a priori !


Donc un certain étonnement : pas de démultiplication de ressentis « vibratoires » avec cette chaîne de 22 PRK-1U interconnectés ! …. Certainement que l’agencement travaille avec puissance sur les participants mais d’une autre manière que celle expérimentée dans les contextes évoqués. D’ailleurs, je n’ai pas relevé également parmi les participants d’expression spontanée signalant des phénomènes tels que j’ai pu avoir décrits. Il s’agit donc là probablement d’un schéma d’interaction différent.


JOUR 2


15h30 : Les participants s’installent, c’est-à-dire qu’ils repèrent la place suivante, celle se référant au numéro suivant du PRK-1U qu’ils avaient hier chaque appareil étant numéroté au dos, afin d’avoir une expérience sur un appareil différent, puisque les lentilles et les diamants sont positionnés de manière spécifique sur chaque PRK-1U.


Une fois à notre nouvelle place nous connectons le petit PC qui affiche via le logiciel ivideon deux PRK-1U situés à distance, puis nous allumons l’appareil physique situé sur notre table en mode 3.


Le Dr KONEV reprend en synthèse les informations dispensées la veille, à savoir : Le principe d’universalité représente la loi qui régit la vie éternelle. L’amour en lui-même est déjà une substance éternelle mais qui doit garantir par lui-même sa propre éternité. Tout comme toute chose créée par Dieu a le devoir de garantir son éternité. La fonction Universelle de l’amour est le Bien universel, l’harmonie.


On peut considérer les sentiments comme un prolongement de notre âme dans une réalité du 3eme plan. Pour rappel, le 1er Plan est celui de Dieu et de l’âme en tant que structures fondamentales, le 2eme plan est celui de l’esprit de l’Homme, ainsi que de sa conscience et de son corps. Le 3eme plan est composé des actions interactives entre les composants des deux plans précédents.


Il y a une différence notable à considérer entre le ressenti et les sentiments. Le ressenti est de l’ordre de la perception par l’un de nos canaux sensoriels et sensitifs. Les sentiments ont aussi la faculté d’être ressentis, mais ils sont plus que cela. Ils ont la propriété d’être également transmis à autrui, d’être des agents de communication. C’est important à considérer car lorsque nous avons en nous le sentiment de la Vie Eternelle, que nous la ressentons comme une réalité en nous et pour nous même, alors nous sommes en mesure de la partager, de la communiquer autour de nous.


Ceci est une fonction analogique de l’âme puisque celle-ci est partout en tous points de l’univers, agissant et communiquant avec toutes « choses ».

Bien que participant de chacun de ces éléments créés, la dimension de la Vie Eternelle n’est accessible en conscience que si celle-ci agit sur les impulsions de l’âme. Il est à noter que ce n’est pas l’âme qui pousse la conscience à agir ainsi, mais la conscience qui rejoint le plan de l’âme.


Pour que le sentiment de Vie Eternelle soit diffusé, transmis autour de soi, il est nécessaire évidement qu’il puisse être tout d’abord ressenti en soi et par soi-même. Pour ce faire, il faut le vouloir, puis bien en comprendre la nature.


Une fois ce sentiment de Vie Eternelle ressenti, perçu en soi, il convient ensuite de le nourrir à partir du plan de l’éternité.


Cette pratique va permettre de renforcer ce sentiment là en l’amplifiant, bien qu’il suffise que ce sentiment soit ressenti une seule fois pour qu’il perdure en nous même si nous le percevons consciemment.


Pour favoriser le maintien de ce ressenti du sentiment d’éternité en soi, il est nécessaire que nos sentiments soient stables. Autrement dit, plus notre sphère émotionnelle et affective sera stable dans notre monde intérieur et plus notre ressenti du plan de l’éternité sera aussi stable et durable. A partir de cette connexion au plan de l’éternité où réside cette Vie Eternelle nous pouvons remplir notre plan affectif de la substance qui compose ce plan de l’éternité, tout comme nous pourrions nous remplir dans notre univers quotidien d’un liquide spécifique dans un processus d’alimentation naturel ; mais conscient !



Concernant le processus suivant de diffusion de ce sentiment de vie éternelle autour de nous, il s’agit d’un mode de reproduction « tout comme le fait Dieu ». Reproduction signifie que la chose et l’action la concernant sont déjà connues ; de Dieu précisément puisqu’il l’a créée et diffusée en l’introduisant dans le réel de l’univers. Rien de ce que nous traitons n’est en fait créé. Tout préexiste déjà (certains disent que cela se situe au niveau des archives Akashiques) et donc rien, aucune découverte, n’est réellement créé ex nihilo. Ce principe est déjà dispensé dans plusieurs courants spirituels orientaux. Il n’y a que l’esprit occidental, souvent alimenté par la vanité de l’esprit scientifique, qui ose prétendre à une création absolue.


Pour exemple, j’ai moi-même remarqué dans le cours de mes recherches que les thèses freudiennes sur la psychologie individuelle (Jiva) sont déjà présentes dans les textes indiens dénommés upanishad ainsi que postérieurement dans ceux du Vedanta. De même, selon ma grille de lecture, Freud s’est inspiré abondamment des écrits de Nietzsche et ce dernier de ceux de Spinoza. Quant à lui, c’est un peu comme Nikola Tesla, Rudolph Steiner ou maintenant Grigori Grabovoï, on ne sait explicitement à quel plan de connaissances ils se référent vu le manque d’antériorité « historique » de ce qu’ils dispensent comme informations. Mais bien certainement ils ont accès à un ou des zones où ces informations là sont déjà disponibles … possiblement, sinon probablement, dans ce que la spiritualité indienne appelle Akhasha.


L’enseignement étant donné en deux grandes parties d’environ une durée d’1h30 chacune, la 3eme partie (de 20h à 21h30) consiste à une pratique libre personnelle avec le PRK-1U a disposition sur notre table.


Personnellement j’ai réitéré la pratique dirigée par V. Konev en fin de seconde partie sur le ressenti du sentiment d’éternité ainsi que sa reproduction (diffusion) aux personnes à qui l’on souhaite le transmettre (dont les personnes présentes dans notre proche environnement bien entendu).


Je réalise cela avec une réelle facilité, certainement parce que je me connecte déjà fréquemment au plan de l’infini dans mes pérégrinations sidérales en dédoublement de la présence et des actions que je suis en train d’accomplir « ici-bas ». Bref, je réalise cette action avec simplicité et joie en même temps ; ce qui est un signe patent que le plan de l’éternité est effectivement «atteint ». La joie, dite « sans objet » selon la dénomination courante dans l’advaïta Vedanta reprise par Jean KLEIN[1] - l’un des grands maîtres spirituels occidental du XXe siècle - est une référence du triptyque des religions ou spiritualités indiennes : Sat Chit Ananda. Ananda est la félicité, la joie sans objet, de Chit (la conscience), qui à travers Sat (l’existence) fait l’expérience de l’amour divin, de la source ; de l’éternité et de la Vie éternelle pourrait-on ajouter avec Grigori Grabovoi. Pour Spinoza la Joie (sans objet, cad sans aucune cause extérieure) est un axiome central dans sa pensée et son œuvre. En fait, peu importe la voie et les concepts que l’on prend pour référence, toute expérience de l’union avec ce plan de l’éternité - et donc de Dieu - a comme conséquence un sentiment de Joie ineffable dont tout notre être se nourrit et « se régale ».


Dans la continuité de la pratique, je « ramène » depuis ce futur, de cette éternité contactée et ressentie, le sentiment de cette éternité jusque dans la conscience collective de ce monde actuel afin d’en imprégner la conscience collective ; et de déposer sur un plan subtil les semences de l’éternité pour toute l’éternité. Dans ce mouvement même je perçois la pleine congruence de ce mouvement avec le nom donné à l’association créée[2] récemment : LES SEMEURS D’ETERNITE …


Cela résonne également avec le projet que j’ai préparé pour un prochain futur, celui d’une rencontre virtuelle périodique via Zoom pour contrôler ensemble - selon un schéma bien réfléchi - le futur harmonieux de l’Humanité. J’avance sans hâte mais avec assurance vers cela, pas à pas mais très concrètement. Il me faut toutefois auparavant finaliser la mission professionnelle dont je me suis saisie à l’automne 2019, et puis surtout réaliser projet de site internet des Semeurs d’Eternité, afin notamment de faciliter l’organisation des groupes de partages qui souhaiteront se constituer autour de l’enseignement de Grigori Grabovoï ; que les participants soient issues de la formation prodiguée par Science of Eden, ou pas.


Dans le droit fil de cette action, je me lance dans le pilotage avec quelques séquences numériques qui m’inspirent :

> Vie éternelle dans l’harmonie pour tous : 894 719 7848

> Avenir idéal pour tous : 813 791

> Avènement d’une nouvelle humanité : 319 481 919 617 819

> Libération de l’Humanité des cycles d’involution : 9189 481


Durant l’un de ces contrôles de la Réalité j’ai la vision très nette que la séquence numérique tourne en virevoltant autour du processus en action : Jubilation intérieure ! …


Je poursuis ma pratique personnelle par la lecture de l’ouvrage apporté dans mes bagages : « Le domaine créateur de l’information » de Grigori Grabovoï. Je suis sidéré de la facilité avec lesquelles la compréhension se fait. Comme si mon esprit était en mode accéléré et fonctionnait avec une turbine !


JOUR 3


15h30 - L’installation des participants commence à prendre l’allure d’un rituel : déplacement de chacun(e ) à la place suivante contiguë à celle d’hier, sur l’ordre chronologique du numéro de PRK-1U positionné sur chaque table, mise en route des petits PC affichant 2 PRK-1U à distance.


Le Dr Konev débute avec quasiment un rappel : Qu’il importe vraiment de favoriser la perception chez autrui des sentiments que nous portons, afin de faciliter vers eux par la suite le transfert du sentiment d’éternité que nous avons contacté. En fait, nous efforcer intentionnellement que soit perçue la sphère de nos sentiments développe chez cette sphère des sentiments chez ces mêmes personnes. Au final, développer des sentiments en préalable d’un pilotage est une technique favorisant l’efficience de celui-ci dans l’atteinte de l’objectif fixé.


En effet, la sphère de nos sentiments inclut le sentiment de la vie éternelle, même s’il n’est pas encore clairement perçu par nos sens. Notre plan affectif a d’autre facultés et avantages, tel que par exemple celui de pouvoir archiver de l’information. Ce peut être précisément « la mémoire » de notre sentiment perçu de l’éternité.


Une question est ensuite adressée par l’animateur aux participants : Comment s’assurer de la réalité de ses sentiments ?


Comme à son habitude le Dr Konev laisse les idées fuser librement en retour, tout en recadrant chacune d’entre elle dès qu’elle se situe hors du champ de réponse attendue, même si par ailleurs la réponse pouvait s’avérer exacte sous une certaine facette de la réalité. Il joue la montre, tel un auteur de thriller, laissant divaguer les esprits dans maintes hypothèses. Comme me le susurre Hélène à l’oreille il s’agit bien évidemment d’une technique d’élaboration pour préparer la conscience à la compréhension et à l’archivage de l’information qui sera donnée au titre de réponse. Cela me donne l’impression par analogie d’un cyclone qui tournoie et s’amplifie dans les hautes sphères en se nourrissant des effluves marines (nos suggestions) pour mieux venir à son heure débouler et imprimer son sceau (sa vérité) sur le terrain de nos consciences.


En fait, le point nodal se rapproche selon lui du sentiment de satisfaction éprouvé suite à un effort tel que - à titre d’exemple - la compréhension d’un texte ou d’un quelconque processus. C’est en quelque sorte le « Eurêka » ressenti, lequel est vérifiable par deux critères essentiels : La précision ainsi que la clarté présentes au sein de ce plein ressenti de satisfaction.


Bien entendu dans le cadre du ressenti du sentiment de la vie éternelle il s’agit de quelque chose de beaucoup plus vaste, dont les signes manifestes sont à la fois « la précision » et « l’ampleur » liés à ce ressenti. Ce sentiment ne se dénaturera pas, il se modifiera seulement par le fait qu’il va s’amplifier par celui d'être nourri. L’intention et l’action de nourrir en soi ce sentiment de vie éternelle est essentielle.


Ce sentiment de vie éternelle est également un processus magistral de contrôle de l’organisme, ou de tout autre aspect du vivant, mais déjà au niveau du corps sa puissance est importante. La mise en contact du sentiment d’éternité avec une partie du corps produit par le principe d’universalité la propagation des qualités de l’éternité depuis cette partie du corps à toutes les autres parties du corps. Ainsi, le sentiment d’éternité s’avère être un instrument permettant d’intervenir sur la réalité, de l’étudier et de la remodeler. Il est ainsi possible de rajeunir toutes les parties du corps et mieux encore le corps entier considéré comme un bloc monolithique.


Ce principe d’aller directement à l’objectif global sans passer par les détails est une nouveauté dans les enseignements de G. Grabovoi sur Dieu. Approcher le corps dans sa globalité pour le guérir ou le régénérer est plus bien plus efficient que de se concentrer sur chaque partie du corps à la suite. De la même manière aller contacter l’éternité pour ressentir le sentiment de vie éternelle est plus efficace que de rechercher quels sont les canaux et comment les emprunter pour y arriver. C’est en ce sens que GG exprime fréquemment que cela est simple. Notre mental seul, habitué dans notre civilisation occidentale à décortiquer et rationaliser les aspects de notre réalité, constitue un obstacle pour cette approche que je qualifierai à la fois de systémique, holistique et quantique .C’est à cette « dynamique globale » que nous sommes conviés à nous entraîner et « agir comme Dieu agit » ; tel que le processus ci-avant le décrit.


C’est ce que personnellement je me suis appliqué au cours de la 3eme partie de cette journée, lors de la pratique libre durant une heure et demie, reprenant la connexion au sentiment de vie éternelle, puis la « mariant » avec les autres sentiments dans mon plan affectif afin de « transmuter » une partie des propriétés de ce sentiment de vie éternelle à d’autres sentiments que je me suis efforcé de faire surgir ; sentiment de confiance, de satisfaction, de joie. Ceci afin que dans le futur, la simple émergence puis connexion de mon esprit ou de ma conscience à l’un de ces derniers sentiments là me reconnecte directement au sentiment de l’éternité ; car c’est ainsi - par ce même principe dit « d’universalité » (qui fonctionne à mon sens comme le fait un hologramme[3]) - que fonctionne la sphère des sentiments chez l’homme.


Dans l’enseignement il a été précisé que cette sphère est un outil majeur pour la transformation de l’homme et du monde. Que par les sentiments les pilotages sont plus rapides, extraordinairement rapides même, plus faciles et donc plus efficaces ; ce par le simple transfert à autrui du sentiment de la vie éternelle que chacun porte déjà en lui, même s’il n’en a nulle perception ni ressenti. De la même manière analogique que tout ce qui vient de cette terre et vit possède une âme, mais que seulement quelques-uns dans notre règne humain en ont la conscience et la perception.


JOUR 4


Après le rituel maintenant intégré du décalage de place, le cours commence.


Les enseignements reçus ce jour, dans lesquels s’intercale une très longue pratique, se synthétisent comme énoncé ci-après :


Les sentiments peuvent fonctionner à la fois à l’échelle locale et à l’échelle universelle. On peut s’en servir pour agir sur l’espace de la réalité physique mais aussi sur l’espace informationnel du futur.


Il est possible de se servir des sentiments pour ramener à la norme un organe par exemple mais aussi pour instaurer un système de vitalité éternel.


On peut agir sur des évènements de manière consécutive ou bien en bloc selon le même principe d’universalité.


Ce qui apparaît de nouveau par la mise en œuvre de cette technologie c’est que par exemple l’organe auquel on a transféré la vie éternelle en l’ayant « connecté » ainsi via le sentiment de vie éternelle que nous avons « transposé/transporté » jusqu’à lui, cet organe donc va jouer en quelque sorte par la suite le rôle de diffuseur de vie éternelle à toutes les autres parties du corps.


A l’opposé, il y a dans le futur déjà des liens organisés autour d’évènements que l’on peut rendre éternels par le même moyen d’insertion de notre sentiment de vie éternelle. Il est bien sûr possible d’ajouter à ce futur des évènements qui n’existent pas encore (dans le futur) et rendre ainsi le futur entrevu conforme à ce qui nous paraît plus harmonieux comme futurs évènements pour l’Humanité.


En lien avec cette compréhension de notre pouvoir d’action au moyen du sentiment d’éternité que nous pouvons contacter (ainsi que par notre Esprit qui connait toutes choses dans tous les temps et tous les espaces des univers) , je saisis pourquoi je n’ai pas mis déjà en œuvre mon projet de réunion virtuelle hebdomadaire (via zoom) pour tous les volontaires qui souhaitent œuvrer pour un futur heureux et harmonieux pour l’Humanité, la Terre et le Cosmos. En effet, alors que j’ai conçu dans le cadre de procédé de co-création collective l’architecture du support pour ces réunions, soit une série de diapositives powerpoint dûment séquencées, j’ai ressenti la nécessité de surtout ne pas me précipiter pour mettre ce projet « en musique » ; afin de le mettre en partage effectif.


Depuis déjà plusieurs années cette manière de fonctionner s’est imposée à moi. Le 6e sens de l’intuition me guide et je l’écoute avec une grande attention ; y compris dans les décisions que je prend au niveau managérial lorsque je dirige des entreprises. Etant à l’écoute je saisis maintenant plutôt bien ce que les grecs anciens nommaient le « Kaïros », l’instant juste, le moment approprié … Je perçois ce kaïros comme un point important de toute action, depuis la décision jusqu’à l’engagement dans l’action, ayant pu vérifier autour de moi les échecs évidement liés à un mauvais timing, bien souvent lancé sous la seule impulsion du mental ou des contingences extérieures sans aucune perception des dimensions systémiques en jeu : Pratique récurrente dans les entreprises sous l’injonction et croyances rattachées à une exécution pressée souvent pour un profit ou un aboutissement rapide !


Dans ce projet de coopération à grande échelle pour l’œuvre commune des semeurs d’éternité à un futur évolué et harmonieux, tel que précité, il manquait ce que l’enseignement m’a transmis ce jour, à savoir : il ne suffit pas dans le cadre d’un tel projet de simplement émettre la projection d’un futur avec un état d’esprit qui reposerait sur un socle de pensées telles que « ce serait une bonne chose si …. », ou encore « j’aimerais bien que le futur soit comme ceci … ». Ce qui transparaît ici avec une très grande clarté par l’enseignement de ce jour c’est la nécessité de se connecter tout d’abord chacun au sentiment d’éternité présent en soi-même, puis de transférer ce sentiment là aux éléments du futur envisagé. On peut le voir comme un mode positif de contamination virale. Cette modalité d’intervention dans le futur me fait percevoir de nouvelles perspectives pour guider les futurs semeurs d’éternité qui se réuniront virtuellement pour œuvrer par l’action commune à cette destinée pour l’Humanité.


JOUR 5


Les évènements ou zones du futur que l’on peut percevoir par le moyen de l’Esprit ou des sentiments ont des couleurs que l’on peut visualiser. L’intérêt de ces couleurs est qu’elles sont à même de nous renseigner sur la nature des évènements que l’on perçoit, sur l’état de conscience lié à la population concernée par cet évènement futur.


Le Dr Konev nous confie qu’actuellement sur notre planète chaque pays ou groupe culturel dégage une couleur différente et que l’analyse de cette couleur par notre esprit est à même de nous renseigner sur les origines et les composants qui produisent cette substance colorée.


L’objectif de nous renseigner sur la présence de ces couleurs qui se signalent comme des marqueurs typologiques, voire quasi taxonomiques, de la diversité humaine dans ce qu’elle émane à travers ses pensées, ses croyances et références, de même que les évènements construits à partir de ces composants.


L’invitation de G. Grabovoi, via le Dr Konev, est d’utiliser selon notre intuition la sphère (= totalité) de nos sentiments (dont celui de vie éternelle ») et notre Esprit pour investiguer les zones du futur afin d’avoir au-delà de leur seule perception une action concrète, interventionniste si nous je jugeons nécessaire (dans le cas d’un futur perçu qui ne serait pas harmonieux) ; en ajoutant par l’un de ces moyens des évènements ou l’impulsion de sentiments propres à modifier cet espace du futur.


Nous touchons là une technologie, une proposition pour les humains que nous sommes d’une capacité extraordinaire d’œuvrer dans le sens de notre liberté et de l’autonomie dans le processus de création de notre futur ; cela envers si besoin toutes formes contradictoires existantes !


Ainsi que je l’avais pressenti c’est une forme de REV-EVOLUTION silencieuse offerte à notre entendement commun et dont nous pouvons nous servir. Au-delà d’une motivation certaine pour construire un futur meilleur et harmonieux pour l’Humanité. Il suffit pour cela d’avoir un brin de persévérance et de foi en soi (en GG aussi et en le créateur de même évidemment !).

Cette ouverture dans cet enseignement sur les sentiments représente un véritable tournant technologique, car si de nombreux courants de nature plus ou moins philosophique ou encore spirituelle affirment à l’unisson que nous sommes créateurs de notre réalité, c’est-à-dire en fait de notre futur, peu de précision est apportée et transmise au-delà de la basique méthode Couet. Seul à mon sens le trop méconnu Neville Godard, précurseur du développement personnel en la première moitié du 20e siècle, avait plutôt bien balisé le chemin dans la bonne direction avec son succinct mais fameux ouvrage « Ressentir, voilà le secret [4]», ainsi que sous un autre angle les tracés mentionnés quelques décennies après dans les retranscriptions des « livres de Seth » par Jane Roberts[5]. Pour les personnes « aventureuses », je gage que la lecture des 3 tomes de sa somme médiumnique intitulée « La réalité inconnue » (mentionnée à la note de bas de page précédente) puisse apporter de la convergence avec ce travail sur les réalités possiblement inscrites dans les futurs.

Nous pouvons donc investiguer par la raison logique et analytique, dans le détail, des évènements du futur (cad le « notre personnel » ou bien celui d’un groupe) sur le même principe que l’on peut travailler « par l’Esprit » sur une partie ou bien un bloc, c’est-à-dire un ensemble d’éléments selon une vision systémique[6]) afin de renforcer notre connaissance présente.

Cette méthode « par l’Esprit » est donc complémentaire à celle développée précédemment « par les Sentiments », laquelle à pour finalité par ce moyen de collecter des informations sur les espaces du futur, de pouvoir éventuellement intervenir dans ces futurs par le transfert de nos sentiments afin de modifier la substance de ces sentiments globaux du futur et donc d’en modifier la trame. Il est à ajouter que le fait de percevoir ces sentiments en ces espaces de futurs accroît non seulement nos connaissances présentes, mais augmente aussi notre sphère affective par le transfert de ces sentiments futurs (qui ne nous sont ni familier ni voire même connus) dans notre plan affectif actuel.


C’est par ce mouvement là, par cette introspection du lointain puis de son introjection[7] dans le champ actuel de notre esprit que nous pourrons aussi rapprocher ce futur de notre présent, et donc lui assurer plus de stabilité et de durabilité.

J’insiste bien, selon l’enseignement transmis dans ce séminaire, sur le caractère essentiel de rendre stable et durable les éléments (sentiments ou évènements) du futur qui nous paraissent en conformité avec le développement harmonieux afin de leur assurer la plus grande probabilité d’occurrence ; autrement dit de réalisation.


JOUR 6


En ce qui me concerne, mais a priori de ce que j’entends de mes collègues participants, les jours se suivent et ne se ressemblent pas vraiment.


J’étais plutôt en forme ce samedi lorsque l’enseignement a débuté et lorsque le Dr Konev s’est lancé dans son discours que j’ai perçu assez flou, je me suis progressivement senti devenir de plus en plus léthargique. Il faut dire qu’il a une voix particulièrement grave et monocorde (parfait pour des séances d’hypnothérapie !) et que pendant tout le temps où il s’exprime en russe il nous faut attendre la traduction en français de Violetta, ce qui est parfois assez long ; le tout produisant parfois l’effet d’un soporifique. Bien sûr cela dépend du contenu de son propos. Dans le cas présent j’avais un peu de difficulté à voir où il voulait en venir (Hélène qui était à ma droite m’a confié qu’il en était de même pour elle). Dans les méandres de répétitions de certains aspects du cours de la veille, même si je prenais quelques notes à la volée afin de garder une trace de son avancée discursive, j’avais l’impression de m’embourber de plus en plus en me disant : mais quand est-ce que l’on va passer à la suite ? Et plus il continuait et plus je m’enlisais dans une sensation de proche somnolence. Comme tout a une fin, une phrase clé vint comme un point charnière : « L’Amour permet d’obtenir les mêmes résultats que si l’on intervient en action concrète sur le plan physique ».


A la suite de cette sentence-proposition, le sujet du jour nous a été dévoilé, après au minimum une grosse demi-heure d’entrée en matière !


L’objectif est majeur : Il s’agit de préparer dès maintenant de système de notre esprit afin de pouvoir déceler ce qu’il fait (comme action). Autrement dit, de pouvoir percevoir, comprendre et mémoriser[8] ce qu’accomplit notre esprit, ce qu’il nous donne comme information sur ce qu’il fait par l’intermédiaire de nos sentiments. Rappelons que dans la vision de GG les sentiments, nos sentiments, sont comme des instruments à notre service – au service de l’esprit – pour intervenir dans le contrôle prévisionnel des évènements ou des sentiments d’un espace du futur.


Dans ce mouvement au sein d’une zone du futur notre objectif est de percevoir par nos sentiments la couleur des sentiments de ce futur là, laquelle nous renseigne sur le type de sentiments qui s’y trouvent, et puis dans une seconde impulsion comprendre aussi par une sorte d’analyse comment « fonctionne » ce futur. Le troisième tempo de notre esprit va être de rapporter de ce futur jusqu’à notre temps présent, et notre corps-conscience-esprit, la somme de ces connaissances glanées de même que la qualité des sentiments perçus dans ce futur.


Cette dynamique produit deux actions : celle d’enrichir notre système esprit-corps-conscience lié à notre présent de connaissances dont on ne pouvait avoir idée auparavant, et de même d’enrichir la sphère de nos sentiments de sentiments qui nous étaient jusqu’ici inconnus. Ceci est la première action, car la seconde - conséquente de celle-ci - est par effet d’induction de rapprocher ce futur de notre présent, en lui donnant par ce mouvement plus de stabilité et plus de durabilité. Autrement dit, c’est un moyen de faire en sorte que ce futur là se matérialise plus probablement qu’un autre possible futur.


Le Dr Konev précise qu’il existe dans l’espace de l’esprit un endroit où il est protégé de tous les espaces négatifs.


Les 3 fonctions du système de l’esprit sont donc :

a) capter de l’information,

b) de la transmettre (à la conscience),

c) de faire que l’on puisse l’utiliser de manière appropriée pour l’objectif de contrôle que l’on veut effectuer.


L’ensemble formé par ce système de l’esprit en concordance avec l’espace des sentiments est à considérer comme un LABORATOIRE D’ETUDE qu’il nous faut absolument construire en nous pour évoluer dans nos capacités de pilotage de la réalité et notamment du futur.


Lors de la pratique qui suivit je me fixais une zone du futur à 100 000 années du présent actuel. Mon esprit capta sans effort cet espace du futur et je l’explorai. Tout d’abord je me vis moi-même dans une lumière légèrement bleutée et translucide. J’avais une forme corporelle mais qui n’était pas contenue comme elle l’est actuellement par des tissus. Il y avait une interpénétration entre « moi-même » et l’extérieur. Je me déplaçais avec légèreté par les seules impulsions de mon esprit dans un univers où tout était constitué d’une substance semblable, nimbée de lumière palpable bleutée et translucide en même temps. Ce qui m’a particulièrement surpris c’est que les hommes communiquaient par leur seule pensée mais dans une aura enthousiaste et coopérative, comme si c’était vraiment naturel d’œuvrer ensemble dans le même sens pour un projet harmonieux, qu’il soit au service d’un groupe ou d’un seul. Cette modalité d’action m’est apparue comme si c’était un consensus sociétal bien établi qui ne pouvait être réalisé par une autre voie. Ceci signifie par déduction que des actes de confrontations ou d’action contraire à un objectif harmonieux ne pouvaient même pas avoir cours dans ce futur là.


Suivant fidèlement l’algorithme de la technologie transmise lors de l’enseignement théorique je ramenais ensuite par la seule volonté de ma conscience les sentiments ressentis dans ce futur lointain jusqu’à mon plan affectif dans la réalité présente, ainsi que les connaissances acquises dans ce futur dans la sphère de mon esprit et de ma conscience.

Si je n’ai eu que peu de manifestation physique au cours de ce voyage, hormis une sensation de légèreté comme si j’étais en apesanteur, lorsque je me trouvais dans ce futur à 100 000 ans d’ici, c’est seulement une vingtaine de minutes après que ce sont manifestés des ressentis particuliers. J’ai nettement perçu mon chakra du cœur, celui du larynx et celui du 3e œil qui étaient largement activés comme faisant trois cerceaux qui s’entrecroisaient chacun au niveau vibratoire avec celui le plus proche. Comme chacun d’eux avait une couleur pastelle distincte cela me produisait une agréable sensation de luminaires qui s’agitaient de concert. Ce ressenti, parfois très fort à la limite de l’étourdissement a duré une bonne demi-heure.


Une fois rentré dans mon logement c’est là que j’ai ressenti une curieuse fatigue. Tandis que j’étais vraiment motivé pour écrire ce journal, mon corps n’arrivait pas à décoller du canapé où je m’étais posé. Pendant plus d’une heure j’ai régulièrement entrepris d’aller m’installer à la petite table pour écrire mais sans jamais trouver le ressort physique malgré la motivation que j’avais dans ce sens. Ce n’est qu’au terme d’une nuit plutôt agitée et le report de mon lever à plus de trois heures que l’heure positionnée pour l’alarme du réveil, que je comprendrai que la somme des informations captées dans le futur et rapportées dans mon présent m’avait réellement bien fatigué. Comme dans toute pratique de haut niveau, l’entraînement s’avère incontournable !



[1] - voir l’ouvrage de Jean KLEIN : La joie sans objet, Ed. Almora 2009 [2] - L'association ayant pour dénomination : « LES SEMEURS D'ETERNITÉ » a été créée sous le numéro W263012319 auprès de la Préfecture de la Drôme et publiée au Journal Officiel. Les administrateurs sont : Lionel SEMPERE, Président ; Jacqueline MARION, secrétaire ; Bruno MARION, Trésorier. [3] - Ou encore selon le principe hermétique donné par Thot/Hermes Trimegiste : « la partie est dans le Tout et le Tout est dans la partie » [4] - Livres publiés aux Editions du Dauphin Blanc, avec d’autres de ses ouvrages très concis mais puissants : « Le pouvoir de la conscience », « Hors de ce monde, Le pouvoir de l’imagination » : [5] - voir les ouvrages rédigés en retranscription de Channeling par Jane Roberts, publiés initialement autour des années 1970-80 qui ont ensuite servis de référence (souvent dévoyées) à nombre de courants New âge de par le monde : Le livre de Seth Ed. J’ai lu 1999 ; Seth parle – L’éternelle validité de l’âme T1 et T2 ; La réalité inconnue T1,2 et 3. [6] - Dans l’approche conceptuelle et de programmation dite « objet » des systèmes d’information en Intelligence Artificielle, on a la possibilité d’approcher la connaissance d’un objet par ses attributs, c’est-à-dire par une facette particulière qui le caractérise, sachant que l’on peut regarder, analyser cet objet sous l’angle de multiples critères (ex : sa forme, sa couleur, sa granularité, une de ses fonctions spécifiques …) . Cette approche « objet » me semble une méthode particulièrement intéressante pour - tel que le propose GG - avec la logique de notre esprit aller analyser et étudier des éléments du futur ; afin de les rapprocher de notre présent et d’alimenter notre connaissance du futur par ce moyen ! [7] - en référence à la terminologie du corpus psychanalytique [8] - Ces 3 verbes contigus sont importants : Percevoir, Comprendre, Mémoriser. Ils pointent les 3 séquences d’organisation du système de notre esprit qu’il nous faut construire et maintenir dans le cadre de notre évolution.


( Suite ... et fin ... avec la prochaine Newsletter de Science of Eden en Juillet 2020 )

0 vue

© 2020 par Science of Eden.

Protection des données

Impressum

conditions utilisation

NOUS CONSULTER

Science of Eden

www.scienceofeden.com