Journal d'évolution auprès du PRK-1U

Partie 4 - Mise à jour du 5 janvier 2020





MISE EN PRATIQUE DE L’ETERNITE PAR LA CONSCIENCE


Porter une certitude est une chose mais qu’en faire, surtout si l’objet de celle-ci concerne l’éternité ?


Tout au long de mon trajet de vie je me suis employé à évoluer, et ce par diverses pratiques qui me semblaient appropriées, sans savoir particulièrement où cela pouvait me conduire. Vers le milieu de ma trentaine j’ai par exemple suivi et pratiqué de manière assidue au quotidien pendant une année pleine les leçons de « Un cours en Miracles[1] », au temps où celui-ci n’était pas encore édité et circulait ’sous le manteau’, mesurant au bout de cette période l’écart de conscience induit.


De la même manière un peu plus jeune j’avais mis mes pas dans ceux de Gurdjieff par la pratique du « Rappel de soi [2]» qui m’avait fait gagner la réalité de la Présence sur les divagations permanentes du mental assujettissant l’être à son environnement. C’est un peu dans cette veine que j’ai pris le parti depuis quelques semaines de pratiquer dans le prolongement de mes pensées ou actes du quotidien ce que je nomme « le rappel de l’Eternité ». Cette pratique permet de relier à la dimension de l’éternité chaque instant présent où je m’y exerce. Elle vient se surajouter à une autre pratique que je faisais auparavant de temps à autres : Tout en faisant diverses tâches banales du quotidien je me « dédouble » et une partie de moi part en conscience dans les espaces sidéraux du cosmos, vers l’infini, tandis que l’autre partie de mon moi reste bien présente là où mon corps se situe, centrée sur mon activité. Ces deux pratiques tracent comme un pont avec les envolées que je faisais dans l’éternité et de l’infini depuis le fond de mon lit, dans ma petite enfance.


A mon sens ce mouvement à travers lequel nous pouvons rejoindre cette impulsion évolutive s’apparente à cette reconstruction du monde que GG dévoile dans ses enseignements, lorsqu’il rappelle à notre conscience que toutes les 10 puissance 17 de seconde l'univers se reconstruit, se recompose par notre conscience à partir des impulsions de notre âme. Qu’advient-il si nous insérons notre conscience coopérative dans ce processus : une claire conscience ? Sommes-nous en capacité de le mesurer vraiment ? Que se passera-t-il si nous voyons avec clarté dans ces impulsions successives celle de l’éternité en perpétuelle re-construction ? Que se passera-t-il si nous « glissons » au cœur de ce mouvement, de ces impulsions, notre vision d’un futur tout autre, harmonieux, si nous immisçons d’une pleine conscience cette part de REV-EVOLUTION en elle ?


Nous avons indéniablement en tant qu’humain un rôle à jouer, quelque chose à réaliser de plus que juste vivre en se laissant porter par les saisons. Andrew Cohen l’exprime à sa façon : « Lorsque vous vous éveillez au processus d’évolution et à sa créativité infinie et que vous découvre combien la structure de notre univers est complexe et profonde, vous commencez à reconnaitre et à apprécier au niveau de l’âme combien être ici est un don précieux. »


Effectivement, « être ici » dans ce monde en contact étroit avec les connaissances infinies de notre âme, et co-agir en conscience avec le processus de l’évolution est réellement un don précieux qu’un plus grand nombre d’entre nous doivent se saisir.



RESULTATS POST PILOTAGE


Moins de deux jours se sont écoulés depuis mon pilotage d’1h30 sur mon entorse à la cheville droite. Au saut du lit ce matin j’avoue être véritablement surpris a posteriori car ma cheville droite se trouve aujourd’hui dans un état qui me permet de marcher quasi normalement !


Si j’avais pu être déçu par l’absence d’un résultat immédiat suite à mon pilotage, c’était certainement par un excès d’optimisme, ce qui me caractérise particulièrement. J'avoue avec ce temps de recul que je suis plutôt étonné d’un tel changement, une entorse dure plusieurs semaines, voire plusieurs mois selon les mauvaises expériences rapportées par mon entourage. Il ne m’est pas possible encore de savoir si ce rétablissement sera stable dans le temps, mais déjà la situation relève d’un miracle car je n’ai pris aucun médicament en rapport avec ce problème.


J’ai supposé que mon pilotage n’avait pas été vraiment efficace car a contrario des pilotages réalisés dans d’autres contextes, je n’avais pas ressenti ce « retour » sous forme d’activation de mes chakras, ni de sur-activation de mes champs subtils. Il faut dire que cette fois j’ai passé l’heure et demie du pilotage de groupe sur cette problématique, alors que généralement je ne fais que des pilotages au niveau macro : c’est-à-dire concernant l’évolution harmonieuse de l’humanité, le bien-être général, etc. Il faudra d’ailleurs que je vérifie si les retours que je viens de citer se rattachent surtout aux pilotages de niveau macro … Mais mon expérience n’était pas finie en dépit cette guérison !


Tandis que je passais une journée agréable marchant sur plus de deux kilomètres, avec précaution par une naturelle vigilance, mais sans aucune douleur ni difficulté et passait ensuite une nuit tout à fait sereine, mon réveil fut sidérant. Je me levais en constatant une douleur vive de type entorse mais cette fois à la cheville gauche, ainsi qu’une foulure du poignet qui m’empêchait de saisir tout objet avec les doigts tant la douleur était vive ! Tout cela en n’ayant pas bougé de mon lit ! …


J’ai donc passé une journée assez difficile, essayant tant bien que mal de pourvoir au minimum de prise en charge de ma personne sur les plans très basique de l’habillage, de l’hygiène et des repas. J’avais par ailleurs quelques difficultés à rassembler suffisamment d’énergie pour effectuer des pilotages compte tenu de ces fortes douleurs.


Ce n’est que le lendemain, en ayant limité mes douleurs à coup d’antalgiques, que m’est revenu mon rêve, celui remontant à quelques nuits au cours de laquelle il m’a été transmis cette méthode de suppression des douleurs avec cette perle bleue. J’ai donc alors entrepris de l’appliquer à la lettre complétant ainsi la pratique mes pilotages. Me rappelant les quatre éléments, forces, qui devaient être conjuguées pour dissoudre la perle bleue symbolisant la somme des douleurs circonscrites dans cette forme, mais non dissoutes car toujours existantes, je décidais donc d’appliquer plus précisément ce que mon rêve m’avait enseigné. J’ai de ce fait associé les quatre rayons lumineux que j’ai par la pensée fait émaner de mon âme, après avoir pris contact avec le domaine de mon âme, puis celui de mon Esprit vivifié par l’impulsion de mon âme, puis celui de mon Conscience formulant et projetant l’objectif d’aller chercher dans l’éternité la norme de la partie douloureuse de mon corps, puis de celui de mon corps à partir de cette zone souffrante. Ces 4 rayons lumineux étant établis je les ai projetés mentalement devant moi dans un mouvement convergent vers un point de jonction se situant environ à 50 cm devant ma poitrine. J’ai ensuite guidé le rayon de lumière dorée[4] qui s’était formé jusqu’au domaine de l’Eternité jusqu’à ce que je ressente que j’avais « saisi » l’information « à la norme du créateur » (selon les termes mêmes de GG) de ma partie douloureuse et de ramener alors dans le présent cette information, tout d’abord dans la zone de ma poitrine puis de guider par la pensée cette norme d’information jusqu’à la partie souffrante de mon corps en la superposant à celle-ci[5].


Je répétais ce contrôle de la réalité à plusieurs reprises jusqu’au coucher, lisant aussi les codes numériques de GG pour les entorses (5148517), les articulations (814 312 214 712), les nerfs du bras et de la main (489 561 989 079) ainsi que les muscles du carpe (214 717 814 327) [6]. Le lendemain matin au lever je ne ressens plus aucune douleur à la cheville gauche et juste un léger engourdissement dans les doigts de ma main gauche avec un usage normal, alors que la veille je ne pouvais pincer mon pouce contre mon index et que maintenir quoi que ce soit- même de très léger - m’était totalement impossible.


Au final, cette folle semaine aura été riche d’enseignements. Le tout premier étant de me confirmer que les contrôles de la réalité (pilotages) que je réalise pour des objectifs personnels sont bien effectifs ; le résultat obtenu par la disparition rapide de mes douleurs ne pouvant être mis en doute. L’enseignement corolaire est qu’il faut tout de même (à mon niveau actuel de structuration de la conscience) un certain délai avant que l’information « à la norme » ne ramène la norme dans le plan physique et que la « guérison » soit ! Dernier apport, le PRK-1U est un véritable vecteur d’enseignement qui se manifeste de diverses manières : au travers des rêves, par des nettoyages dans les plans subtils ou émotionnels, par des fulgurances de claire connaissance, etc.


Comme je le dit souvent à des proches utilisateurs de PRK-1U , heureux possesseurs de l’appareil ou heureux bénéficiaires d’une connexion à distance, il serait fort intéressant et profitable pour tous les utilisateurs de pouvoir disposer d’un moyen ou plateforme d’échange sur leurs pratiques et leurs vécus afin de s’enrichir mutuellement et de nous conforter dans ce que nous pouvons ressentir. A titre d’exemple, en échangeant récemment avec Hélène[7], j’ai eu le plaisir d’entendre qu’elle aussi percevait un retour de l’activation de ses pilotages au niveau macro sous forme d’une activation systématique du chakra laryngé. Même s’il me semble bien avoir lu de GG que nous pouvions avoir des développements différents via le PRK-1U, nous pourrions avoir entre nous certaines similitudes dans les effets en rétroaction de nos contrôles sur la réalité.


AUTRES ETRANGES SIMILITUDES ET CONVERGENCES


J’ai pris le parti d’écrire dans ce journal tout ce qui ferait sens et lien dans mon vécu quotidien avec la présence du PRK-1U à mes côtés et les enseignements de GG, quoi que puissent paraître étranges à d’autres yeux que les miens ce que j’exprime.


Vu précisément l’étrangeté possible de ce je vais relater et par la convergence d’informations pouvant être non familières à certains, je rappelle que je ne cherche ici à convaincre quiconque de quoi que ce soit, mais que je m’efforce d’attester avec la plus grande authenticité mon réel vécu dans cette aventure auprès du PRK-1U.

Je me suis demandé assez souvent, comme certainement bien d’autres personnes, d’où pouvait bien « venir » Grigori Gravovoi ?


Ce que je veux dire par là, c’est quelque chose de cet ordre : Au regard de ses facultés hors du commun (capacités de voir les structures de l’information soutenant le monde physique, faculté de régénération du corps humain, de créer des appareils tels que le PRK-1U, etc ), de même que par son enseignement mis largement en partage avec son projet de « sauvetage Global de l’Humanité et de la planète » : depuis quel « plan » subtil ou « divin», de quel Univers ou de quelle dimension vient-il ? Ainsi que pourquoi ? C’est-à-dire aussi, pourquoi maintenant ?


Si l’on replaçait à quelques centaines ou quelques millénaires antérieurs la présence d’un homme tel que lui, avec ce message salvateur, avec cette capacité à guérir et ressusciter des morts, en prônant de surcroît la vie éternelle pour Tous, il est évident que le mot « Messie » viendrait aux lèvres du plus grand nombre.


Ce questionnement de fond je ne puis l’éluder, et sous l’impulsion du PRK-1U il m’a été apporté dans un très court intervalle de quelques jours et nuits des informations qui se sont associées dans ma conscience et dont je puis juste assurer la véracité des faits sans rien affirmer de plus.


J’ai d’abord été orienté de nouveau vers l’histoire de la création de notre race (Homo sapiens sapiens), selon les éléments que j’ai brièvement exprimés plus haut dans mon journal. Pour qui n’aurait pas bien saisi, il s’agit à travers diverses études faites à partir des tablettes cunéiformes retrouvées dans la première moitié du siècle dernier lors de fouilles archéologiques dans les cités Assyriennes de la véritable origine de l’homme moderne. Pour aller directement au sujet concerné, par-delà tous les autres aspects rapportés dans ces tablettes cunéiformes, il s’agit de la manipulation génétique effectuée par les Elohim de l’ancien testament (les « Annuna » de Nibiru, appelés aussi « Archontes » par les gnostiques ultérieurs de la Grèce) entre les gènes de l’homo erectus et ceux de non humains « Annuna-ki », projet réalisé sur la demande de leur chef dénommé Enki.


Le poème Babylonien « Enuma Elish [8]» retrace l’épopée de la création faisant apparaître en périphérie les affrontements violents entre le roi de Nibiru nommé Anu[9], père d’Enki, lequel s’opposait avec le soutien de son autre fils - Enlil - contre le projet de la création et de l’évolution de l’homo Sapiens (dénommé au départ selon ce que rapporte Zitchin «têtes noires »). Enlil, vint plus tardivement sur terre relayer la vision d’Anu, celle d’une destruction totale de l’Humanité, avec pour Enlil in fine un changement de position qui le fit très tardivement rejoindre le projet de son frère.

Enki est un être particulièrement extraordinaire car obtenant à travers les temps, depuis même bien avant son arrivée sur notre planète, le statut d’un « être réalisé » ayant atteint l’immortalité et intégré « le divin » dans son être ; projet dans lequel il ne s’était pas engagé seul mais auquel il avait également convié tous les Annuna de son clan et ceux qui l’entouraient sur Nibiru. Enki portait le même projet pour sa création humaine, celui d’un développement harmonieux de toutes les facultés contenues dans son génome en accomplissant la réalisation de sa dimension divine. En fait, ce que nous retrouvons comme objectif fondamental dans l’enseignement de Grigori Grabovoi.


Selon les civilisations Enki a été appelé différemment : Ptah en Egypte, Ea à Babylone, plus tard Prométhée et Dyonisos en Grèce, mais surtout Shiva en Inde. Shiva est le dieu dansant, celui de la joie, tout comme Dyonisos est celui de la fête, du plaisir. Le projet de Shiva-Enki pour tous les humains s’est progressivement modifié. Après avoir réalisé cette création afin de répondre à la révolte des Igigi (serviteurs des Annunaki qui exploitaient de l’or depuis des centaines d’années dans l’abzu[10] ) et de créer par manipulation génétique un homme servile pour les remplacer, il a été pris de compassion pour les humains, et après les avoir sauvé du déluge (celui bien antérieur au récit biblique de Noé qui en a copié la structure sur la base du récit Babylonien[11]) a voulu les rendre autonomes et responsables (ie. avec le libre arbitre) de leur évolution.


Par une étrange synchronicité, dans ce court laps de temps de quelques jours où toutes ces informations ont convergées dans ma conscience, je regardais un documentaire télévisé et j’ai été marqué par cette phrase du narrateur qui disait que : « suite à des études récentes réalisées par d’éminents scientifiques sur l’ADN mitochondrial (celui qui ne se transmet que par la mère) ces chercheurs avaient obtenu un résultat absolument étonnant, que toute la population mondiale actuellement présente remonterait en fait à 7 familles, ou plus précisément à 7 femmes. Or les tablettes cunéiformes rapportent (selon Zitchin et d’autres chercheurs[12] ) qu’avec leur accord préalable 7 « femmes Annunaki» du clan d’Enki ont portées - à la suite du premier couple créé génétiquement, soit l’Adam biblique et Eve (qui signifie « Vie » en Hébreu) - les 7 premiers embryons humains ainsi modifiés génétiquement. Ces 7 « mères porteuses » sont celles que les tablettes cunéiformes citent comme étant les 7 déesses primordiales. Vraiment, j’adore ces étranges synchronicités ! … mais ce n’est pas tout. Quasiment le même jour ou le lendemain, je regardais un documentaire sur ARTE sur la période dite sombre de l’Egypte qui dura environ 300 à 400 ans il y a environ 4300-4400 ans.


Le narrateur expliquait avec forces documents archéologiques à l’appui l’effondrement de la civilisation Egyptienne ainsi que une migration de masse venue du bassin de la Mésopotamie remontant tant bien que mal vers le Nord. En sus de l’hypothèse d’un cataclysme de type volcanique ou d’impact météorite qui aurait affecté pendant ces quelques centaines d’années les civilisations au sud du bassin méditerranéen, il était évoqué selon des repères archéologiques la possibilité d’une épidémie de peste affectant ces lieux et que ces populations migrantes fuyaient. Ceci m’a fait faire un lien avec cette guerre entre les clans Annunaki à cette même période telle que citée par Zitchin, avec un déluge d’armes nucléaires tel que rapporte depuis les engins volants appelés « Vimanas[13] » l’épopée indienne du Mahabharata[14], et dont sans rapport direct par ailleurs le plateau du Sinaï porte encore la marque d’affrontement nucléaire vu du ciel. Zitchin rapporte qu’à la suite de ces explosions le vent a emporté les nuages radioactifs vers l’Assyrie, en passant par l’Egypte, passant de justesse à l’écart de Babylone. Selon cette thèse, cette radioactivité, ce « vent de la mort» a décimé tout ce qui était vivant dans les villes sumériennes ce qui provoqua la fin de cette civilisation ainsi que l’écroulement partiel de l’Egypte pendant une période d’environ 300 à 400 ans.

Il serait possible de juger que je m’égare dans cette narration, qui n’a apparemment pas de lien avec le PRK-1U et les enseignements de GG. Je reconnais la difficulté de mettre en chronologie des évènements impactant ma conscience dans une forme accessible à qui n’a pas été traversé par ceux-ci. Je poursuis donc.


Nous trouvons dans de nombreux récits de mythes Incas, Mayas, indo amérindiens, et autres que « les dieux reviendraient un jour des étoiles ». C’est le message que laissa aussi Enki aux humains[15], la promesse d’un retour avec l’avènement d’un Age d’Or de l’Humanité qui sous sa conduite reprendrait un chemin vers une évolution harmonieuse et une spiritualité autonome pour la réalisation d’une intégration de sa dimension divine.

Si j’ai dû faire toute cette narration préalable, c’est qu’en fait ces convergences d’informations et synchronicités se sont produites sur une période de 3 à 4 jours successifs, tandis que pendant chacune des 3 nuits j’ai été saisi par des rêves-songes dans lesquels s’entremêlaient des messages-informations d’Enki-Shiva et l’enseignement de Grigori Grabovoi. Chaque séquence de ces rêves-songes venait s’enchainer à la précédente comme dans un triptyque, une trilogie.


Avec la plus grande honnêteté je ne vais pas prétendre me souvenir du contenu de ces songes, hélas ! j’aurais bien aimé graver en détail dans ma conscience diurne toute cette somme d’informations de type initiatique ! Car je puis affirmer par mon ressenti c’est qu’elles se présentaient comme des sortes de révélations occultes mettant en corrélation ces deux aspects a priori sans aucune relation entre le projet d’Enki/Ea/Shiva pour l’Humanité et celui de GG à travers son enseignement et son PRK. Le plus marquant, c’est qu’à chacune de ces trois nuits, le volet d’enseignement informationnel débutait à partir d’une séquence me présentant une porte gravée, sauf lors de la 3eme nuit où il y eu une porte à double battants qui s’entrouvraient et où j’entrais ensuite pour recevoir des informations montrant cette proximité et convergence entre l’enseignement de GG et le projet d’Enki pour l’Humanité. Je me souviens parfaitement lors du « songe » de cette troisième nuit, que sur chacune des portes initiatiques ouvrant sur mon rêve-enseignement il était gravé sur celle de gauche un personnage de type dieu Assyrien avec une grande barbe ciselée (certainement Enki), tel que l’on en voit sur gravures antiques des temples et sur l’autre battant était figuré le dieu égyptien à la tête de faucon, Horus. Ce dernier tenait entre ses mains superposées un lemniscate vertical.


Ayant recherché sur internet à quel symbolisme pouvait se rattacher Horus, au-delà de celui bien connu de la victoire du Bien sur le Mal [16], j’ai trouvé que sous l’ancien empire Egyptien en son temple de Kôm Oumbo, où se tenait l’Ecole des Mystères pour l’initiation spirituelle des disciples, Horus était assimilé au dieu Heh qui était la personnification même de l’Eternité ! Dans ce temple deux divinités opposées étaient célébrées chacune occupant la moitié du temple dans sa longueur, d’une par le dieu crocodile Sobek incarnant le chaos ou encore l’inconscient piégeant l’évolution dans la matière, et de l’autre côté Horus/Heh symbole de l’harmonie et de la conscience éternelle ; celle qui se trouve au bout du chemin de l’évolution au terme des multiples expériences faites durant des vies successives plongées dans la polarité et la dualité de ce monde.


Dans ce droit fil, je mets en exergue que selon le brevet sur la prévention des catastrophes qui sous-tend le fonctionnement du PRK-1U, celui-ci ne saurait être actif lors d’une intention négative de pilotage, soit qui ne participerait pas au développement harmonieux de la planète ou de l’Humanité dans sa pleine intégrité : Le PRK-1U une sorte d’Oujdat[17], « d’œil d’Horus » moderne ? ...


Ainsi de manière très éclairante et étrange à la fois, le triptyque onirique de ces nuits initiatiques stigmatise par la porte qui s’entrouvre sous le double sceaux d’Enki-Shiva et d’Horus a imprimé dans ma conscience cette convergence symbolique de l’immortalité (d’ Enki[18]) et de l’Eternité (d’Horus) avec les enseignements de GG sur l’éternité et le développement harmonieux, ainsi que le merveilleux PRK-U dont émane la « brume d’éternité » …


Pour clore ce curieux épisode, je précise pour mémoire que le dénommé Age d’Or évoqué auparavant est annoncé selon certaines prophéties et mythes comme venant mettre un terme définitif à la dynamique destructrice, telle qu’on la vit actuellement, tant dans l’épuisement des ressources planétaires que dans l’asservissement par divers moyens des populations humaines ; ce afin de court-circuiter toute velléité d’élévation de la Conscience individuelle et collective.


Selon ces sources cet âge d’Or surviendrait autour de 2050, période qui serait hélas précédée d’une phase d’intensification des destructions et déstabilisations de tous genres, via des catastrophes naturelles et leurs grandes migrations induites, ainsi que l’effondrement des systèmes mondiaux structurant les finances et les économies avec leurs cohortes de crises sociales et sociétales.


En synthèse, avec ou sans de telles hypothèses prophétiques, il y a dès maintenant fort à faire pour toutes les bonnes volontés et toutes les consciences engagées dans l’enseignement de GG pour prévenir et minimiser de tels possibles évènements catastrophiques, ainsi que leurs effets corolaires dans notre futur commun.


ADDITIF


Ayant plusieurs semaines de décalage à ce moment dans l’actualisation de mon journal, sachant que je m’appuie souvent a posteriori sur des notes audios que j’ai réalisées durant cette période, je place ici, à la suite de ces étranges convergences le mémo suivant, fort étrange.


En effet, cela fait environ 3 semaines que se sont déroulés les évènements, donc nocturnes, relatés ci-avant. Et chaque nuit durant toutes ces semaines j’ai été tenu par un rêve-songe récurrent et prégnant. Ce qui est étrange c’est que bien subissant chaque nuit cela, ce n’est qu’au cours de la nuit dernière lors d’un réveil matinal lié aux fortes chaleurs que j’ai réalisé cette répétition.


Ce rêve est hélas un peu flou, et la seule mémoire qu’il me reste est que je me trouve à chaque fois dans une situation où je subis une contrainte, un empêchement, tandis que je dois soit communiquer avec un Annuna-ki (Enki, a priori) qui se tient à quelques distances de moi sur un petit monticule, et que je dois me transformer ou bien muter afin de me libérer d’un contexte (tel un cocon) qui m’empêche d’être libre de toutes mes actions. Ce vécu nocturne est éprouvant car le ressenti physique et psychique de cette contrainte est très puissant dans sa vibration énergétique. Maintenant je repasse le film de ces nuits à me retourner d’un flan à l’autre dans mon lit afin de me libérer de cette entrave, et puis immédiatement je me retrouve de nouveau enchaîné (c’est le mot juste !) au même rêve qui revient me saisir !


Je ne fais et ferai aucune hypothèse sur la signification de cela, même si quelques évidences s’imposent dans une lecture symbolique qui indique un temps de latence, de maturation nécessaire pour accéder à quelque chose qui pour l’instant se tient à distance de moi. Cela peut aussi avoir un lien avec ces 3 songes initiatiques sur l’Eternité et l’immortalité dont hélas je ne garde aucun détail conscient, alors que je pourtant persiste en mémoire la sensation de densité qu’il y avait dans ces vécus là …


Ce que je note comme un possible lien, c’est la perception que depuis 3 semaines environ les manifestations très fortes que je vivais au travers du PRK-1U lors des pilotages se sont amoindries. Sauf exceptions lors de certains pilotages je ne ressens plus mes chakras activés à plusieurs mètres de moi, ni les puissants effets vibratoires corporels du début, il y a 3 mois de cela. C’est sans problème que j’accueille cette variation, Hélène ayant bien communiqué qu’il pouvait y avoir des périodes que l’on pouvait ressentir comme une stagnation, car a priori il ne se passe rien ; et puis soudain de nouvelles « choses » extraordinaires se manifestant. Tout est bien, et je verrai donc dans le temps ce qu’il en sera …


Le lendemain :


Mon rêve récurrent a cette nuit pris une forme plus précise. Pour bien comprendre ce que je dois saisir de ces messages « inconscients » il m’a été montré une image. Je me trouvais dans une grande roue, de couleur bleu-vert, un peu comme dans la figure de l’homme de Vilnius (dessin connu de Leonardo Da Vinci), et il m’a été dit par une voix en même temps que par une force invisible le mouvement se faisait : « il faut être (dans la roue) en position absolument verticale pour que le contact, la communication puisse s’établir … ». A posteriori cela semble on ne peut plus judicieux car si on considère une roue, afin qu’elle puisse créer du mouvement et se développer dans son environnement par une rotation il vaut mieux qu’elle soit stable dans sa verticalité. Bien évidemment, ici la notion de pleine verticalité demandée est de l’ordre du spirituel.


Le surlendemain :


Le rêve récurrent qui durait depuis 3 semaines s’est arrêté. Par contre, j’ai fait un rêve absolument saisissant. Quand j’utilise cette locution adverbiale c’est parce que avant la présence du PRK-1U je ne faisais quasiment jamais de rêve remarquable, et ne m’en souvenait généralement pas. Cette nuit là j’ai donc fais ce rêve étrange : Il y avait un symbole égyptien en forme de M (ou de trident renversé ) qui était censé représenter la mort (peut être la forme du vautour retourné de la déesse Sekmeh) car le nom de ce dieu était principalement composé des lettres « e » et « h »). Il pourrait aussi s’agir du dieu Heh qui symbolise l’infini. Il m’était indiqué qu’il fallait étendre ce mouvement jusqu’à ce que ce que la mort se confonde avec la dimension du dieu Ptah.


A l’intérieur de ce rêve j’étais dans un état de profonde expectative car je me demandais ce qu’il adviendrait du monde si celui-ci était revêtu d’un symbole correspondant à la mort ! En fait, il m’a été montré que ce symbole allait se transformer. En effet, le « M » se démultipliait en faisant comme une frise sur les poteries antiques en se répliquant après avoir positionné des lignes intercalaires horizontales. Ce n’est que qu’au réveil que je me suis souvenu que le dieu Ptah était le nom antérieurement (plusieurs siècles voire millénaires auparavant) attribué en Egypte au dieu sumérien Enki ; symbole de l’immortalité.


En fait, les recherches que j’ai entreprises ensuite pour l’éclaircissement de ce rêve et qui m’ont conduites à la déesse Sekmeh m’ont donné les clés suivantes : Sekmeh représente selon les sources l’énergie destructrice qui se déverse contre les ennemis des dieux, mais aussi l’énergie vitale. Le vautour qui représente cette déesse tient entre ses serres deux anneaux dits « chen » qui correspondent à l’éternité. Il est dit aussi que Sekmeh est l’épouse de Ptah …


Pour l’autre option, l’alternative où ce serait la représentation du dieux Heh symbolisant l’infini et l’éternité. Dans cette hypothèse serait-ce l’infini en tant que « mort » - d’errance de l’âme - qu’il conviendrait alors d’emmener se confondre dans l’Eternité représentée par Ptah ? Les interprétations restent ouvertes.

Quoi qu’il en soit, ce rêve vint clore pour l’instant la série de ces rêves liés aux divinités sumériennes et égyptiennes, en sachant que si je possédais auparavant quelques connaissances à ce sujet je ne suis pas du tout un expert en matière de mythologie égyptienne ; quoi que suite à cette période et mes lectures adjacentes j’ai augmenté sensiblement mon savoir dans ce domaine.


Ce qui me revient c’est aussi cette durée de 3 semaines concernant cette série de rêves. En effet, 21 jours c’est le temps nécessaire selon les neurologues spécialistes pour reconfigurer les données du cerveau (en anglais « reimpripting » selon la terminologie de la PNL[19]), bien qu’il se dise actuellement que les hautes fréquences vibratoires de la terre[20] auraient fait « sauter » cette temporisation et que les changements surviendraient désormais plus souvent par sauts quantiques, sans cette phase d’intégration. Néanmoins, il concevable que cycle du même rêve réitéré sur 3 semaines puisse constituer une intégration, à un niveau non conscient, de ce qui m’a paru s’assimiler à des sessions initiatiques, bien que je n’en garde de souvenir dans ma conscience.


____________________________________________________________

[1] - Helen Schucman – Un cours en Miracles, Ed. Octave Quebec


[2] - pour un abord synthétique se référer au livre de Robert-Earl BURTON, Le rappel de Soi, Ed. Lumière 2001


[3] - Andrew COHEN, L’éveil évolutionnaire, Ed. Le Relié 2012 p. 68-70


[4] - Dans les enseignements de GG, la couleur dorée correspond à l’Eternité.


[5] - Plusieurs semaines après ce « songe », en écoutant un enregistrement audio d’un séminaire donné par Marina Morozkina, qu’elle n’a pas été ma surprise d’entendre que ce que mon rêve m’avait enseigné était avec la plus grande exactitude ce que GG appelle » la construction d’un Bio signal », lequel agit comme un pattern sur lequel on vient projeter par-dessus la pensée qui soutient notre objectif ; cette impulsion projetant ensuite le tout dans le domaine de l’Eternité. Dans mon « rêve » il s’est juste rajouté le processus faisant ramener dans le présent l’information de la norme du créateur ( = objectif) afin de la superposer sur la zone douloureuse de mon corps.


[6] - Codes tirés du livre de G.Grabovoi - Guide pratique de régénération de l’organisme humain par la concentration sur les séries numériques Ed. Saint Germain Morya


[7] - Hélène LAPORTE, Distributrice du PRK-1U sous licence G.Graboboi - Science of Eden contact@scienceofeden.com site internet : https://www.scienceofeden.com


[8] - Voir à ce sujet l’étude et livre récent de Jean Kardec , Enuma Elish L’épopée de la création, 2018


[9] - ou parfois « An »


[10] - Abzu Terme sumérien (ou âpsu) se rapportant à diverses notions liées à la Terre en opposition à l’Espace-Ciel. Ici aux profondeurs de la terre, en l’occurrence aux mines d’or situées en Afrique du Sud. Voir à ce sujet ce lien internet en rapport avec cette exploitation antique de l'or, site présentant une récente fabuleuse découverte scientifique qui confirme les écrits de Zacharia Sitchin : http://homme-et-espace.over-blog.com/2015/04/fabuleuse-decouverte-qui-confirme-les-ecrits-de-z-sitchin.html


[11] - cad le poème sumérien de « l’épopée d’Atrahasis » bien antérieur à la Génèse. En dehors de ceux qui se sont penchés sur l’archéologie et l’exégèse des textes de la Torah (dit Ancien Testament), peu savent que la genèse qui narre la création de l’humanité et constitue en chronologie de présentation le premier des 5 livres de l’AT est en fait le récit le plus récent. En effet, la genèse a été écrite autour de 550 Av JC au cours du second exil des juifs à Babylone. Cette population n’était toutefois pas en prison et elle participait aux diverses activités de la cité. De ce fait , au même titre que la population autochtone elle avait accès aux nombreuses tablettes cunéiformes composant la bibliothèque, tablettes qui relataient la venue des Dieux (Annuna) sur la Terre (Ki), leur panthéon, les affrontements entre les deux clans frères d’Enki et d’Enlil, et les poèmes relatant le déluge ou bien l’épopée de Gilgamesh ; sur lesquels ils se sont fondés pour réécrire l’histoire versus Israël dans leurs livres dits sacrés.


[12] - Par exemple Bleuette DIOT, historienne chercheuse au CNRS déjà citée, ou encore le très réputé traducteur bibliste Mauro Biglino, confère ses ouvrages : «Le Dieu de la bible vient des étoiles » ; « Il n’y a pas de création dans la bible, la genèse raconte une autre histoire », ainsi que « La bible n’est pas un livre sacré » MacroEditions


[13] - Cf. à ce sujet l’ouvrage de Fabrice BLANCHON, Vimanas L’incroyable technologie des dieux, Temps présent, 2016


[14] - Traduction du Sanskrit = « La grande guerre des Bharata »


[15] - Message laissé par le dieu « blanc et barbu » Viracocha au Pérou


[16] - «l’Oujdat » - ce fameux œil d’Horus - symbolise la victoire de du bien sur le mal, en fait sur Seth qui avait tué son père Osiris. Cet œil porté en amulette donnerait accès à la clairvoyance, en fait il correspond à la glande pinéale ; ce que l’on peut constater à l’observation d’une coupe du cerveau dans le pourtour de cette glande qui ressemble à l’œil d’Horus …


[17] - Oujdat est un mot égyptien formé sur la racine « oujda » qui signifie : être sain, bien portant, en plénitude car ayant retrouvé son intégrité ; le mot « œil » se dit « irt » en égyptien formé sur la racine ir : faire, créer. René Lachaud dans le tome 1 de ses fameux ouvrages « L’Egypte ésotérique des pharaons » (publiés aux Editions Trajectoire 2008) mentionne que : « Pour avancer sur la voie Horienne, il faut accepter de perdre ses yeux, ne serait-ce que pour acquérir un autre regard ou une vision intériorisée de soi-même ». Par une curieuse coïncidence je n’ai cessé d’avoir plusieurs opérations et affections aux yeux pour différents motifs, et par bonheur j’ai cependant pu au final préserver ma vue ; mon ophtalmo ne cesse d’ailleurs de s’en étonner à chacune de mes visites annuelles. Avec une sorte de compensation ma claire voyance s'est sensiblement accrue !


[18] - Enki-Shiva est réputé comme ayant atteint l’immortalité par la réalisation spirituelle de son Etre, ce qui l’a conduit à porter ce projet là autant pour ceux des Annunaki qui l’accompagnent que pour toute l’Humanité dont il est le créateur ; selon ce que rapportent nombre de tablettes cunéiformes retrouvées en Mésopotamie,


[19] - PNL = Programmation Neuro Linguistique : Technique de développement personnel et possiblement de thérapie mise au point dans les années 1980 par John Grinder et Richard Bandler dans le courant de l’Ecole de Palo Alto.


[20] - La surface de terre produit en relation avec la ionosphère (couche de l’atmosphère conductrice d’électricité) un spectre de fréquences électromagnétiques appelé « résonance de Schumann ». Alors qu’elle était depuis des milliers d’années autour de 7,83 Hertz, les mesures qui ont été faites ces 4 dernières décennies montrent un accroissement non négligeable puisque certaines ont passées le pic des 11 hz. Ces fréquences affecteraient l’être humain notamment dans sa perception du temps et dans la libération de ses blocages au niveau de l’inconscient.


_______________________________________________________________________________


( Suite avec la prochain Newsletter de Science Of Eden ... en février 2020 )



© 2020 par Science of Eden.

Protection des données

Impressum

conditions utilisation

NOUS CONSULTER

Science of Eden

www.scienceofeden.com