Journal d'évolution auprès du PRK-1U

Mis à jour : mai 13

PARTIE 3 - Mise à jour : 15 Décembre 2019



DES SY²NCHRONICITES


Les phénomènes de synchronicité que j’évoque fréquemment dans les pages précédentes ne sont pas des redondances intellectuelles. Si la notion de synchronicité est un concept issu des travaux de Carl Jung, ainsi que de son élève Marie-Louise Von Franz dont j’ai lu quelques ouvrages dans le passé, elle trouve totalement sa place en périphérie des enseignements de GG. Tout d’abord la synchronicité, que l’on peut désigner comme une « coïncidence porteuse de sens pour la personne qui la perçoit », renvoie au principe de « L’unus Mundus » des alchimistes, c’est-à-dire au Monde Un, à l’Unité des mondes où donc se confondent celui accessible nos perceptions sensorielles et les autres situés dans les champs subtils-invisibles, non discernables par nos sens et pouvant même se « trouver » au-delà de l’Espace-temps. D’ailleurs au sein de cet Unus Mundus le passé, le présent et le futur se côtoient et s’interpénètrent en quelque sorte.


Dans la pratique des pilotages c’est précisément ce qui se passe selon moi. Nous transmettons dans les optiques (lentilles ) du PRK-1U un objectif, par le moyen d’une pensée ou d’un sentiment, sous la forme d’une intention relayée par une impulsion soutenue de photons ; toute forme-pensée pouvant être considérée comme une trame de lumière. Ensuite les trois lentilles de l’appareil concentrent l’information contenue dans cette projection lumineuse, puis selon les technologies de traitement de l’information liées aux deux brevets de GG faisant fonctionner le dispositif, ce dernier propulse ces informations dans l’éternité, où plus concrètement au-delà de notre espace-temps ; autrement dit vers la potentialité de tous les futurs.


Dans une deuxième phase, considérée de notre point de vue temporel, nous pouvons apercevoir dans les lentilles du PRK-1U des reflets lumineux apparaître. Cela signifie qu’un retour d’information se produit depuis le futur relié à l’objectif (en fait à sa structure d’information) que nous avons émis initialement. C’est ce que Philippe GUILLEMANT, docteur en physique et directeur de recherche au CNRS, met également en évidence dans ses travaux sur la double causalité. Synthétisée à l’extrême cette théorie avance que les événements peuvent avoir à la fois (et non « en même temps ») une causalité (= chaîne de causes) issue du passé venant se conjuguer avec une causalité venant du futur, ceci dans une boucle dite de « rétrocausalité ».


Les deux co-auteurs du livre cité en amont (« se souvenir du futur ») qui ont travaillés avec Philippe Guillemant émettent une suite de propositions qui se situent dans la même veine que la pratique du contrôle de la réalité issu des enseignements de GG. En page de la page 217 de leur ouvrage ils énoncent :


« La synchronicité est un phénomène de conjonction de l’esprit et de la matière (…). Dans cette perspective, notre corps et notre esprit unis par la synchronicité placent notre conscience dans le point de vue hors de l’espace-temps ; elle donne à la conscience un regard sur l’Eternité. »


C’est ce que produisent effectivement nos pilotages avec le soutien du PRK-1U qui, tel que je le perçois, joue ce rôle de transmetteur-récepteur entre les flux d’information que nous projetons par notre conscience depuis cette réalité 3D et « l’espace hors temps » dénommé éternité par GG.


Remarquons que ces auteurs ne mentionnent pas, évidemment, l’utilisation possible de l’Ame, de l’Esprit et de la Conscience de notre champ corporel comme autant de sources pouvant réaliser la projection d’informations (ie. objectif) sur l’appareil ; puisqu’ils semblent ignorer l’existence de l’appareil PRK-1U de même que de cette pratique (selon les Enseignements sur l’Ame, donnés par le Dr KONEV). Mais poursuivons toutefois un peu encore les propos de ces auteurs :


« Si la conscience intègre ce positionnement hors du temps et de l’espace, elle peut contrôler son existence dans le continuum espace-temps et hors de celui-ci dans les mondes de visions. Un être ainsi unifié par des actes de synchronicités peut maintenir et assurer son existence en évitant la maladie, les accidents de la vie, mais aussi survivre unifié dans l’au-delà.[1] »


N’est-ce pas tout d’abord déjà une sacrée synchronicité que je lise ce livre à ce moment là où je vis ces expériences peu communes en lien avec le PRK-1U, sachant que j’ai quelques milliers de livres à disposition chez moi en version numérique et papier ! et que j’y trouve de tels énoncés ?


En effet, la terminologie est différente que celle que l’on trouve dans les traductions des livres de GG, mais ce dernier extrait ne fait que reprendre ce que Grigori GRABOVOI diffuse dans ses enseignements : Qu’il est possible à chacun d’entre nous de pouvoir induire le maintien d’une santé optimale, de concourir par la mise en pratique de ses technologies (= enseignements) à une abondance financière, de pouvoir éviter les « catastrophes » de tout genre, de même que d’accéder à l’éternité dans le corps que nous avons, simplement en développant nos capacités de rajeunissement de nos organes et de nos cellules.


Accessoirement je rajoute au journal de ces derniers jours les commentaires relatifs à une pratique faite en présence d’une amie avec le PRK-1U, qui a été très facile et riche en perceptions. Il s’agissait d’une concentration d’une durée d’une heure environ issue du séminaire du Dr Konev précité, sur « le développement de la conscience ».


Je rapporte de même les impressions relatives à la concentration de groupe qui s’est tenue ce 5 mai via les dispositifs PRK-1U situés à distance en Serbie, le webinaire précédant la mise en ligne de ces appareils via internet donnant l’enseignement d’une technologie de pilotage par l’action simultanée sur les 3 lentilles d’une intention-objectif et de projections lumineuses d’information s’y référant :


« Pendant à peu près la première moitié de la concentration je m’emploie à projeter successivement divers objectifs sur les 3 lentilles simultanément. Ces objectifs étant de niveau « Macro » (selon ma propre sémantique, c’est-à-dire concernant l’Universel ), tel que par exemple : un futur pour l’Humanité où l’amour soit présent et qu’il soit le ciment solidaire des actions faites par les tous les êtres, ou encore : l’évolution de la conscience de tous les hommes avec l’accroissement de leurs facultés naturelles (actuellement en veille).

Il m’est venu dans la formulation de ces objectifs pour notre futur la révélation d’une nécessité que nous développions tous au plus vite la faculté de télépathie, car c’est ce qui permettra à l’humanité de faire un saut quantique, car c’est dans ce contexte d’une communication télépathique que sera dépassé la sensation de séparation, que nous ne nous sentirons plus comme un ensemble de personnes distinctes mais telle une communauté d’individus où les jugements disparaîtront puisque la communication télépathique n’utilise pas le canal du mental et donc de ses filtres.


Dépassant la dynamique des subjectivités et des croyances qui sont associées, viendra pour tous et chacun la perception d’une réelle Unité au cœur des relations interpersonnelles, laquelle aura un impact majeur sur la dynamique de nos sociétés en les transformant ainsi de manière radicale. En effet, par ce moyen nous nous « reconnaîtrons les uns les autres spontanément » et cela permettra d’agir ensemble de façon plus pertinente pour un développement harmonieux au bénéfice de tous ; afin qu’advienne un futur lumineux tel que nous sommes un certain nombre déjà à le souhaiter et à le projeter.


Sur cette base je m’exerçais donc à émettre ces objectifs par le canal de la pensée, et je trouvais qu’il n’y avait pas vraiment d’efficacité car ne percevant que de tous petits reflets de lumière dans les lentilles de l’appareil. Je pouvais aussi le mesurer par une absence de « retour d’onde » qui donc n’impactait pas mes champs énergétiques. Aussi, subitement il m’est venu d’émaner ces trois rayons non pas seulement à partir de ma conscience, de mes pensées mais d’utiliser en même temps l’espace de mon âme ainsi que celui de mon esprit et celui de ma conscience pour produire 3 rayons que je dirigeais simultanément avec la même intention sous-jacente de mon objectif sur chacune des lentilles de l’appareil.

Ceci a produit de manière quasi instantanée une activation de lumière dans les trois lentilles, laquelle s’est accrue jusqu’à ce que je ressente un retour dans mes champs subtils et corporel, avec une activation très forte du chakra du cœur jusqu’à me sentir baigné de photons, d’impulsions en provenance du PRK-1U. Puis le chakra laryngé s’est activé à son tour, ce jusqu’à une très nette perception s’étirant en arrière de la nuque, provoquant de petites mais vives oscillations de ma tête d’avant en arrière, comme pour intégrer l’information en transit ; mouvements qui s’étaient déjà produits mais de manière plus brève au cours d’autres concentrations personnelles selon les enseignements de GG.


Enfin, comme à chaque fois, c’est le chakra du 3eme œil qui s’est mis à palpiter avec intensité jusqu’à ce que la triade formée par les cellules s’illumine de manière très intense dans un halo qui s’est étendu ensuite à toute la surface de l’appareil. Ceci s’est amplifié jusqu’à avoir l’impression d’être aspiré par cette surface d’une absolue luminescence et qu’il n’y avait plus d’espace entre l’appareil et moi-même, ou si peu. Parallèlement, sous cet effet lumineux, la pièce où j’étais se trouvait baignée d’une douce clarté, comme si la matière des objets m’environnants était devenue plus légère, qu’ils avaient absorbés de la lumière et de ce fait étaient devenus moins denses. Pendant ce temps tous mes corps vibraient à une fréquence très élevée, comme à l’habitude maintenant dans le courant de ces pratiques.


Il y a eu également au cours de cette deuxième phase de concentration comme un très très court rêve éveillé, d’une durée de quelques secondes, voire fractions de secondes, car j’ai ouvert les yeux dès que j’ai senti que je ne visualisais plus les lentilles : Je me trouvais dans une cage d’ascenseur au sein d’un immense gratte-ciel, car le panneau de commande était particulièrement imposant par le nombre de ses boutons permettant l’accès aux différents paliers. Le liftier présent à mes côtés et qui guidait l’ascenseur frottait avec un grand soin et attention les boutons situés sur la partie haute du panneau en disant à l’envie qu’il fallait bien nettoyer ces derniers si l’on voulait pouvoir accéder aux plus hauts niveaux du building ! …


Bien évidement je mets ce bref intermède et cette métaphore en lien de synchronicité avec les épisodes de nettoyages informationnels que j’ai dû traverser cette dernière semaine, phénomènes pour moi induits sans conteste possible par le PRK-1U, d’autant que sortant très peu ces jours derniers il reste allumé à mes côtés 24h/24 ; ce qui me donne l’impression amusante d’être un objet d’expérimentation privilégié d’évolution en un futur dont je scrute avec attention la prochaine expression.


Un passage en page 196 de l’ouvrage de GG « La résurrection et la vie éternelle » vient m’éclairer quelques jours après à propos ces nettoyages. Parlant des pilotages, il dit : « Pour assurer la gestion d’un objet ou évènement, il faut intervenir avec un état spirituel approprié, soit (…) une gestion d’objets ou d’évènements à travers la connaissance et l’état d’esprit au plus haut niveau possible. »


Ces cinq derniers mots ont attirés mon attention car ils résonnent en grande similitude avec ceux du liftier dans mon « micro rêve » de l’ascenseur. Je trouve cette coïncidence-synchronicité plutôt amusante !


Ma compréhension à ce sujet « d’un état d’esprit au plus haut niveau possible » est notamment en rapport avec ce nettoyage de nos structures psychiques et émotionnelles a minima, afin de « dépolluer » nos champs subtils et faire que l’information avec laquelle nous pilotons la réalité (des objets ou des évènements) ne soit pas affectée par ces résidus de nos affects ou de nos tramas antérieurs. Une autre utilisatrice du PRK-1U, qui est également thérapeute et ayant fait beaucoup de travail sur elle, m’a dit être surprise par la dynamique autonome de l’appareil envers les processus de nettoyage qu’il opère.


Nous sommes ici très loin de la notion des nettoyages pratiqués dans les rituels des trois monothéismes, lesquels ont pour fondement la recherche de la purification du corps physique principalement (incessante dualité du pur et de l’impur selon les considérations du mental et donc du jugement subjectif !), ceci afin de pouvoir s’approcher au mieux de la sainteté et de pouvoir de la sorte « parler avec Dieu », mieux « l’approcher ». On peut cependant remarquer que le symbolisme présent dans ces actes religieux pose comme ce préalable pour la « communication avec le monde divin » ; tout comme notre nettoyage via les processus du PRK-1U semblent favoriser notre gestion des événements. Intéressant non ?



SIMILITUDES


La terminologie de GG n’est pas toujours très aisée à comprendre, même si la pratique avec le PRK-1U développe de manière importante le niveau d’entendement de ses enseignements. Nombre des utilisateurs avec qui j’ai pu échanger sur ce sujet en témoignent.


Pouvant croiser certains aspects de ses enseignements avec d’autres types de transmissions, de nature scientifique ou spirituelle, il m’apparait intéressant pour des personnes abordant nouvellement ses textes et ses pratiques de tisser quelques parallèles et de relever quelques similitudes à ce sujet.


A titre d’exemple, ce que GG défini par « Objectif » (de la gestion des objets ou des évènements ; autrement dit du Pilotage) et « Concentration » sont similaires à ce que décrit le SAMYAMA de la tradition Bouddhiste. Deepak Chopra décrit avec grand talent cela dans sa préface au livre d’Andrew Cohen «L’éveil évolutionnaire»[2].


En synthèse, le SAMYAMA se réfère aux trois derniers niveaux de l’octuple sentier, qui est un pilier du bouddhisme.


Ce que GG nomme et définit comme objectif et concentration dans le contexte de contrôle de la réalité (ie. Pilotage) m’apparaît comme similaire à ce qui est appelé « La Clarté de l’intention » dans le Samyama. Celle-ci est le résultat de 3 éléments :

- le désir,

- la constance par rapport au but visé,

- la profondeur de l’attention dans la soutenance de ce but.



Tout comme GG dit que les objectifs personnels de nos contrôles doivent être insérés dans des objectifs plus larges concernant l’ensemble de l’humanité. Le Samyama dit que « le désir doit être aligné avec un désir plus global d’évolution ».


De même il est avancé dans cette pratique que « Le but est soutenu avec constance pour suivre la réponse que l’Univers donne à notre désir». On peut mettre en parallèle cette réponse de l’Univers avec le résultat projeté dans nos pilotages, en fonction de « l’état spirituel » dans lequel nous aurons effectué ce contrôle. GG insiste à de nombreuses reprises sur ce point, de s’assurer que l’on soit dans un état spirituel suffisant avant que de se lancer dans la mise en œuvre d’une des technologies issue de ses enseignements. Ce point correspond au 3eme élément précité du Samyama qui dit que « l’ancrage dans la conscience doit être d’un haut niveau » ; autrement dit sans distorsion ni diffraction, afin que les messages puissent être transmis et reçus pleinement (sans déformation) depuis l’Univers.

Je poursuis ce comparatif ayant relevé dans l’enseignement donné lors des webinaires précédant les concentrations de groupe, ainsi que dans mon vécu au cours de celles-ci, d’autres similitudes avec le Samyama.


En complément de ce qui a été déjà explicité précédemment à propos de la «Clarté de l’intention », le Samyama rassemble les 3 dernières étapes de l’octuple sentier du Boudhisme, soit : Dhârana (6eme membre des Yogas sutras), Dhyana (7eme Anga du Yoga Sutra » et Samadhi ( 8eme étape-membre de l’Astanga Yoga de l’école de Patanjali).


Dhârana : est une concentration sur un seul point, celui-ci pouvant être un mot, un objet, une lumière, avec un possible arrêt (ou presque) de la respiration. Que faisons-nous de différent dans la pratique des concentrations via le dispositif PRK-1U ? Il me souvient d’un enseignement de GG dans un de ses webinaires (celui sur l’interaction de la Conscience et de l’esprit) où il nous est proposé d’utiliser le son d’un mot, en jouant sur sa possible distorsion afin de mieux déjouer l’espace-temps. J’ai déjà rapporté dans ce journal l’utilisation que j’ai faite en ce sens avec le mot « Amour ».


Dhyana : se rapporte à l’absorption dans l’objet de la contemplation par notre esprit qui se décompose en 2 aspects ou mouvements : 1) Une application initiale qui est en fait un mouvement de l’esprit vers l’objet de la méditation, 2) Une application soutenue, qui se saisit de l’objet par l’esprit, cet objet étant la Joie (ravissement) ou encore l’équanimité, ou le bonheur (sukha) par une concentration en un point.


Là encore, je trouve une similitude avec la pratique du contrôle de la réalité. Dans un premier temps nous formons puis orientons notre objectif-pilotage sur les lentilles du PRK-1U, puis dans un second temps nous sommes comme absorbés par la « mise en abîme » de notre projection-concentration dans l’espace lumineux des lentilles avec parfois comme la sensation (ce qui m’est arrivé) d’être littéralement collé à l’appareil jusqu’à une très grande proximité avec l’éternité envers laquelle il constitue une sorte d’interface avec notre 3eme dimension.


Samadhi : En résumé extrême, 3 niveaux de concentrations sont distinguables dans le Samadhi : a) une Concentration préliminaire ; qui consiste au maintien de l’esprit sur un signe ou objet pendant quelques secondes à quelques minutes ; b) Une concentration de proximité qui ne porte plus sur le signe-objet mais sur son reflet, sur ce qu’il réfléchit ; c) Une concentration d’attention qui est un état d’unification avec l’objet, assorti d’un état modifié de conscience.


Selon ma grille de lecture comparative, le 1er niveau (a) correspondrait dans les enseignements de GG à la phase de soutien de l’objectif, le 2eme niveau à la phase où l’on se concentre sur les reflets lumineux dedans ou autour des lentilles du PRK-1U, le 3eme niveau à l’état de canalisation de l’information que nous renvoie l’éternité à partir de notre pilotage.


Ces proximités et similitudes pourront peut-être inspirer les personnes ayant pratiqué le bouddhisme ou étant familières de l’hindouisme.



CONCENTRATION DE GROUPE


Ayant, ce 11 mai, pris « en route » le webinaire précédant l’affichage du PRK-1U pour la concentration de groupe, je vais rechercher un enregistrement antérieur sur mon smartphone.


En effet, à ce jour il y a cinq webinaires (vidéos) différents qui alternent donc chaque semaine, soit sur un cycle de cinq semaines. Sur cette base, les trois rendez-vous hebdomadaires de ces « concentrations de groupe » sont programmés de manière régulière le jeudi à 18h45, samedi et dimanche à 12h45 ; cela chaque semaine autour du même thème d’enseignement de la semaine donné via le webinaire.


L’enseignement de ce jour était d’utiliser un intervalle de temps, à définir librement. J’ai choisi comme intervalle de temps une durée de 36 minutes, juste pour des raisons pratiques et terminer ma concentration à 14h. De manière concrète j’ai fixé cet intervalle de temps en « l’accrochant » tout d’abord sur le chiffre 7 qui se trouve à côté de la première grosse lentille du PRK-1U affiché sur l’écran, puis en rejoignant (par la pensée) le chiffre 8 qui l’avoisine afin de fixer cette borne comme l’infini négatif. Ensuite, j’ai rejoint l’autre borne en tirant un arc de cercle virtuel qui passerait derrière l’appareil jusqu’à l’autre grosse lentille en me concentrant sur le chiffre 0 ; fixant de la sorte la borne de l’infini positif. Est ainsi défini et circonscrit un espace-temps dans lequel va s’exercer ma concentration selon les indications données précédemment dans la vidéo d’enseignement par GG.


A partir de cette « construction » j’ai programmé mon objectif qui concernait l’éradication d’un problème viral chez un proche, puis par l’impulsion de mon âme j’ai guidé par la force de ma conscience-pensée cet objectif dans la petite lentille de l’appareil (celle où se trouvent inscrits les chiffres 1, 4 et 5). Ensuite j’ai projeté et scruté les interrelations de reflets lumineux qui devaient se manifester dans le périmètre de ces lentilles selon cet « intervalle de contrôle de l’infini » déterminé précédemment. J’ai ensuite bien vu des correspondances de reflets entre ces lentilles avec des interactions lumineuses que je percevais aller bien au-delà de l’écran, de l’appareil en direction de l’infini, avec des retours qui m’ont permis de rectifier la structure de mon pilotage dans son « émission primaire », tout comme le signalait GG comme un possible. En plus clair, ce dernier dit que suite à un pilotage-contrôle le futur peut renvoyer dans le présent des informations qui nous permettent de mieux ajuster notre pilotage initial (primaire), de le rendre plus précis dans sa formulation par l’émission d’une information secondaire plus adaptée à la réalisation de notre objectif, d’autant s’il est complexe comme le soin d’un organe.


Au bout d’un quart d’heure je suis passé à un autre objectif, recevant également une information en retour pour mieux construire mon objectif. J’ai ensuite enchaîné sur un objectif de niveau « macro », c’est-à-dire qui concernait le développement de l’éternité dans la conscience de l’Humanité afin que toutes les choses de ce monde entre dans le domaine de l’éternité.


Mes sensations physiques recensées en retour de mes pilotages ont été cette fois moindre que lors des semaines précédentes, quoi que recevant toujours une activation nette au niveau du chakra du cœur ainsi qu’une forte vibration au niveau laryngé.

Ayant croisé d’autres avis d’utilisateurs du PRK-1U, il semblerait que ces «manifestations » énergétiques dans les champs subtils s’estompent au bout de quelques semaines. Ceci est assez surprenant au vu des effets très intenses lors des premières cohabitations avec l’appareil. Comme on peut supposer qu’il ne change pas vraiment son mode de fonctionnement, on peut donc en déduire logiquement que nos champs subtils et corporel s’adaptent progressivement à ses fréquences …



ENTRE REVES ET REALITE


Assurément le PRK-1U vient aussi s’insérer et s’inviter dans la structure de nos rêves.

Comme une majorité de personnes il m’arrivait d’avoir soit au matin, soit dans le cours même de la nuit le souvenir de certains rêves, ces derniers n’ayant d’ailleurs le plus souvent rien de très transcendants. Depuis ce dernier mois et demi où je place au coucher l’appareil dessous mon lit j’ai eu toutefois à 3 ou 4 reprises des rêves irrémédiablement de nature spirituelle. Ce fut le cas la nuit dernière.


M’étant couché avec de très fortes douleurs à la cheville droite, ainsi que dans la jambe la prolongeant, à la suite d’une soirée de danse ininterrompue le sommeil finit tardivement par me saisir après un certain temps de retournements d’un côté puis de l’autre. Le rêve qui survint durant cette nuit fut des plus étranges. Il s’est structuré en deux parties, dont hélas je n’ai pu garder tous les détails. Dans la première partie il est apparu que je pouvais annuler toutes mes douleurs par la seule force de ma volonté-concentration, simplement en les rassemblant par la force de ma volonté au niveau de mon front. Il s’en est suivi qu’une perle (ou plus justement une goutte) de couleur bleue s’est formée au niveau de mon front, à la hauteur du 3eme œil, cette goutte concentrant la totalité de mes douleurs, ces dernières ainsi s’effaçant.


La seconde partie de ce rêve fut la compréhension intuitive que je pouvais non seulement contenir ces douleurs mais de plus dissoudre le contenu même de cette « goutte » qui condensait la somme de toutes mes douleurs physiques et que de surcroît seraient annulées toutes les causes-origines de ces douleurs qui se trouvaient en moi. Mais pour que cela puisse se faire il fallait que je rassemble autour de cette perle bleue 4 éléments. Par un simple effet de ma pensée ceux-ci sont venus comme par magie entourer cette perle sous la forme de 4 symboles encadrant un saphir dans un écrin d’or. Je ne me souviens de chaque symbole, juste que l’un ressemblait à un ‘w’ à l’envers, semblable au signe du Verseau mais non doublé. J’ai intuitivement compris qu’il s’agissait en fait de la quadruple présence de l’Âme, de l’Esprit, de la Conscience et du Corps entourant cette quintessence bleue, tout comme l’on voit un saphir entouré de 4 diamants. Ce rêve fut intense et remarquable.

Le retour à la réalité prosaïque de ce monde au lever fut rude. Malgré mes tentatives nocturnes en ce « rêve semi-éveillé » et les vibrations oniriques de mettre en application de l’enseignement reçu, ma cheville manifesta hélas encore une raideur et des symptômes douloureux caractérisés.


De manière similaire, le long « pilotage » de la réalité que j’entrepris ce dimanche sur le PRK-1U distant dans le cadre de la concentration de groupe n’eut pas de répercussion notoire immédiate d’amélioration de mon état physique. Il convient en tout de rester humble dans l’apprentissage de tout outil (GG dit « Technologies », même s’il répète abondamment dans ses ouvrages ou séminaires que tout cela est assez simple … Bien sûr par la persévérance de la pratique de ces concentrations il se dessine progressivement un schéma assez clair des enseignements prodigués par GG, mais comme en tout sujet nous ne pouvons prétendre chanter à tue-tête avant que d’avoir tout d’abord appris à balbutier. Pourtant ce n’est pas l’aspiration et la « foi » qui me manquent pour voir se concrétiser sans doute possible le résultat de mes « pilotages ».


Au final, reste la profonde acceptation de la réalité présente, dans la lignée des sages de l’Advaita Vedanta qui ne cessaient de répéter face à toutes choses advenues : Cela Est !

Parallèlement à cela, de manière paradoxale, à travers les pratiques de concentrations et les expérimentations non ordinaires que j’ai eues en termes de communication avec mon âme et la matière de l’éternité via le PRK-1U, il s’est construit en moi une curieuse certitude, celle de l’accès possible à cette éternité dans ce corps physique là. Le paradoxe tient à cette relative faiblesse du corps ressentie dès lors qu’on est sujet à une affection, comme c’est le cas présentement pour moi par la réalité douloureuse ces tendinites et entorses, en même temps la sensation d’une éternité incrustée dans le corps lumineux de mes cellules.


Curieusement, il ne s’agit pas d’un acte de foi, car la foi a un rapport de confiance avec son objet, et ce n’est pas ce que je ressens. Ce n’est pas de l’ordre d’un abandon à une croyance envers l’hypothétique advenue de cet « évènement » là, c’est plutôt comme une vision anticipée de cette réalité ; qui - je le conçois - peut sembler totalement absconse à la majorité des êtres humains, sauf dans une considération religieuse mais qui alors participe d’un autre plan, celui de l’espérance flottante d’un futur sans rapport aucun avec la matière physique du temps présent.


Loin de moi, fort heureusement pour mon équilibre mental, la moindre prétention d’être devenu soudainement un surhomme ! S’il suffisait d’avoir les moyens d’acquérir une quelconque « machine » pour se voir affublé de « super pouvoirs » ce serait assez risible, voire à défaut relever du domaine de la science-fiction tels les super héros du type Avenger. De quoi s’agit-il alors ?


Grigori Grabovoi serait bien plus à même que moi de répondre à cette question, mais comme très certainement il ne la poserait pas en ces termes, j’y réponds de ce fait par mes propres moyens et perceptions. Je gage que le contact réitéré avec le plan de l’infini et de l’éternité via les concentrations ainsi qu’avec cette « matière d’éternité » (selon les mots de GG lui-même) émanant de l’appareil provoquent des « réveils » au cœur des structures cellulaires. Ces réveils sont telles des « remises en circuit », en mémoire, de programmes éteints au sein de ces structures : exactement comme si on appuyait soudain sur le bouton ON d’un interrupteur. C’est véritablement la sensation que j’ai eu, surtout les premiers jours où je me suis trouvé en contact avec le PRK-1U, une sorte de ré-allumage photonique dans les champs de mes cellules. Et je soutiens que ma certitude d’accès à l’éternité du corps physique vient de ce contact, de cette ré-information au cœur de mon corps.


Ceci ramène à mon esprit ce que Zacharia SITCHIN narre dans l’un de ses livres à propos de la création de l’être humain par les Annunaki [3], à savoir que dans cette manipulation génétique de la création de l’homme par un mélange entre de l’ADN de l’homo erectus et leur propre ADN[4], il aurait été décidé au final de « nous retirer » le gêne de l’immortalité … Mais peut-être aussi, comme existe la mémoire de l’eau[5] ou bien la mémoire fantôme du membre « absent ». C’est ce que soutiennent certaines thèses au sujet de notre ADN dit « poubelle » par les scientifiques qui ont décrypté le génome humain. Ces thèses avancent que ENKI, le créateur de la 5eme race de l’Humanité[6], et attaché au développement spirituel chez ses créatures, aurait introduit une sorte d’effet retardateur dans le dévoilement de notre ADN, permettant à l’Humanité de pouvoir à terme (ie. A la fin du cycle du Kali Yuga) de pouvoir recouvrer ses pleins potentiels et facultés, dites parapsychiques et autres, tel que le développement conscient de notre âme.


Au-delà de cette genèse, sachant que ce n’était pas une considération que je portais il y a seulement deux mois auparavant (c’est-à-dire antérieurement à ce compagnonnage avec le PRK-1U), j’ai la profonde intuition que toute partie des règnes existants sur la terre peut se développer dans le sens de l’éternité, et que surtout : C’est à l’Homme, par le développement de sa Conscience à l’éternité que cette métanoïa, cette transformation, se produira. C’est dans cette dynamique là que repose le sens profond de la présence de l’être Humain sur terre, d’accomplir par sa dimension spirituelle et sa puissance de co-créateur divin, l’avènement d’une nouvelle Humanité ; laquelle placera l’actualité de notre monde dans le registre de la petite enfance, du balbutiement de l’espèce Humaine face au destin glorieux auquel elle peut procéder.


C’est à mon sens cette perspective que reflète chez ceux de l’espèce humaine qui n’ont pas fait taire cette voix en leur for intérieur, la perception innée de cette aspiration à la joie, à la quiétude et au partage : l’harmonie de l’éternité et le développement radieux des rapports entre l’Homme et tout ce qui relève du vivant.


Ayant eu l’occasion et l'avantage de pouvoir lire récemment le livret de GG intitulé « ALIEN La fin du monde n’aura pas lieu [7]», je ne peux résister à insérer dans ce journal deux extraits faisant explicitement mention et mise en relation de la lumière et de l’éternité : « La lumière est une zone de compréhension qui incarne la réalité vivante. (…) L’Homme interagit avec la lumière comme il interagit avec un envoyé de l’infini, des mondes éternels (Page 11.) »


Et quelques pages plus loin : « Ainsi il est tout à fait possible que les hommes voient et perçoivent la lumière de l’éternité qui remplira leurs yeux. Dans tous les coins du monde, dans tout l réalité on verra la lumière passant à travers leurs cils et les images du monde éternel. Chacun sentira à travers ses yeux l’éternité qui remplira, imprégnera de la réalité éternelle et il deviendra lui-même éternel. (…) C’est le message qui viendra directement dans le cœur de chacun en le rendant éternel. Lorsque nous nous verrons dans cette réalité, nous comprendrons que nous sommes éternels par nos pensées, L’éternité de la pensée est essentielle. (P. 21) ».


( Suite avec la prochain Newsletter de Science Of Eden ... en janvier 2020 )

__________________________________________________________________________________


[1] Cf. page 218 « Se souvenir de son futur » - Guider son avenir par les synchronicités - ibid


[2] - Andrew COHEN L’éveil évolutionnaire, Ed. Le Relié 2012 p. 20-21


[3] Zachararia SITCHIN, décédé en 2010, a écrit une douzaine d’ouvrages passionnants traduits en français sur l’histoire véritable de la terre telle qu’il l’a retranscrite à partir des tablettes cunéiformes retrouvées dans les ruines des villes Assyriennes telles que Sumer et Ur. Les Annunaki, (soit « Annuna » = « Ceux des Cieux » venus sur la terre = « Ki » en sumérien) depuis de la fameuse planète NIBIRU sont l’épicentre de ces récits, sachant qu’ils furent en fait les dieux des antiques civilisations de la Mésopotamie, ainsi que de Babylone et d’Egypte, ceux-ci ayant été désignés par différents noms selon ces contrées et pays.


[4] - Voir entre autre l’ouvrage du chercheur en biologie moléculaire Pietro Buffa Les gènes manipulés d’Adam, MacroEditions 2018


[5] - Cf. Les travaux de Jacques BENEVISTE puis plus récemment du Pr MONTAGNER, ainsi que pour le côté fun les sublimes photos de cristaux d’eau réalisées par Masaru EMOTO


[6] - Voir à ce sujet l’histoire de l’antique civilisation de SUMER racontée dans les tablettes cunéiformes et rapportées les ouvrages de Zacharia SITCHIN déjà évoqués, ainsi que ceux de Bleuette DIOT, de jean BOTTERO, ou selon une version plus romancée ceux d’Anton PARKS.


[7] - Publié par l’association Evolution888, MONFERRER 66150 - email : assoevolution888@gmail.com.




© 2020 par Science of Eden.

Protection des données

Impressum

conditions utilisation

NOUS CONSULTER

Science of Eden

www.scienceofeden.com